mardi, avril 23, 2013

Ce serait


Ce serait être toute petite, par miracle, ou par la force du désir de recommencement, toute petite, avec quelques fossettes aux genoux et poignets, avec confiance dans la grande main où nicher la sienne, avec pourtant désir de liberté, de ce risque : vouloir, regarder, choisir...
Ce serait entendre murmurer – que c'est laid !
Ce serait lever la tête, demander - c'est laid ?
Tu ne trouves pas ?
Ce serait regarder, chercher, ce serait trouver que c'est surtout grand, très grand, ce serait voir la grande fille sur le trapèze.
Ce serait dire - sais pas...
C'est vrai, ceux là ne sont pas si laids, surtout tentants – un sourire – j'aimerais bien avoir droit de jouer.
Ne pas demander : je peux, sentir la main qui lâche, regarder, lever les yeux, avoir vraiment un peu peur, se le dire, pour le frisson
se le dire pour le frisson et l'envie qui suit – et puis la petite colère, le défi – avancer, se séparer, lever les yeux, se raidir de volonté, se ruer, n'importe comment, maladroitement, sentir la fermeté élastique, tomber, baisser la tête, le crâne en avant se ruer
entendre rire, explications, indications, conseils
s'arrêter, comprendre, mais ne pas vouloir, repartir un peu désordonnée, les petits bras, les petites jambes bataillant, se faire éjecter, repartir,
Ce serait ne plus vouloir arrêter.
Ce seraient les mains qui portent, qui posent sur l'échelle
Ce serait être furieuse, monter, glisser, avec mauvaise humeur, ce serait la griserie qui jaillirait
Ce serait admettre qu'elle a raison. Ce serait lui sourire. Ce serait ne plus vouloir arrêter.

7 commentaires:

Pierre R. Chantelois a dit…

Quand un arc-en-ciel vous accueille, comment ne pas retrouver le sourire? Et dans le domaine du jeu, enfant, j'ai toujours vu la laideur s'esquiver de mon esprit pour céder la place à l'enchantement. Petite colère et grand rire allaient de pair. Petite colère devant les grands jeux inaccessibles et grand rire devant les petits jeux inoffensifs. La vie est devenue un jeu. Un grand jeu avec beaucoup de petites et fréquentes vilenies.

Dominique Hasselmann a dit…

L'existence comme un toboggan.

brigitte celerier a dit…

ce serait être à cet âge où on ne se pose pas encore la question de la vie, juste on apprend l'autonomie

mémoire du silence a dit…

ce serait
faites sauter les grilles
;-)

Laura- Solange a dit…

ce serait arrêter d'avoir peur pour tout et trembler pour rien
ce serait laisser enfin le corps libre de sa vie
ce serait tenir le vertige en laisse
ce serait des éclats de rire dans des éclats de vie....

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Ah ! ces gamines... :D)

jeandler a dit…

On se croirait à Beaubourg !