mercredi, octobre 22, 2014

Un mardi

Le ciel hésitait
au seuil entre blanc et gris
lumière endormie
m'en suis allée, pharmacie, téléphone restauré, 3 G pour tablette, miel, confiture de gingembre, nescafé et sachets de thé pour joindre aux draps et serviettes...

ai cassé un pot de confiture sur le sol de Carrefour et créé embouteillage
en chute des pots
vert des feuilles, brun séché
jaune d'un bambou
avançais avec les premiers vers du testament Villon, mon petit mantra
dans bulle coite, avec un reste d'attention au monde pour éviter heurts 
au dessus d'un mur
sur le ciel tendant au bleu
bois mort et feuilles
une envie de sourire, de langue, ou de paresse
lavage de cheveux, plongée dans la beauté tranquille et amère d'un homme au singulier de Christopher Isherwood, et l'assemblée, retour sur les deux dernières heures de la nuit, théâtre sur gravité. 

10 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Villon, toujours au carrefour...

jeandler a dit…

La cheminée interpelle. Un coup de vent, elle chutera.

arlettart a dit…

La princesse des pots cassés?...

brigitte celerier a dit…

Villon mon compaing depuis l'adolescence

brigitte celerier a dit…

Pierre - oh oui n'avais pas fait attention

brigitte celerier a dit…

Arlette - ma foi suis assez douée

Christine Zottele a dit…

tout casse, tout passe, les pots de confiture comme l'été, qui, balayé énergiquement par le mistral débarrasse le plancher... heureusement, la confiture de gingembre redonne euphorie et courage pour l'hiver

Chri a dit…

Casser un pot et dans le même temps créer un embouteillage... Bravo.

Gérard a dit…

les pots de vin eux ne cassent pas

brigitte celerier a dit…

j'allais réponde : ne sont pas mon genre
mais.. on ne sait jamais, l'homme, même quand il est femme, est faible