mardi, février 03, 2015

promenade dans la nuit


Nous sommes entrés dans ces temps où j'ai envie de harengs bien gras, de rollmops relevés de quelques anchois, accompagnés de bintjes écrasées abondamment arrosées d'une huile des Beaux… et de tomme dense.
ai préparé la chose, me suis emmitouflée, et suis partie, dans la ville, de lumières en lumières, dans les petites rues et places pleines de nuit pas tout à f ait glaciale, vers le théâtre des Halles pour assister aux noces de Figaro mises en scène par Agnès Régolo, parce que vraiment je renonce trop en ce moment, parce que Beaumarchais, parce que curieuse de découvrir quelle vision en avait la Compagnie du Jour au Lendemai, et puis il y avait les intentions de mise en scène, peut être un tantinet trop uni-directionnelles et consensuelles mais séduisantes
théâtre du désir lancé à plein régime. L’air qu’on y respire est constamment électrique. On ne s’y repose pas, on ne peut pas s’y reposer. …....
... Face à un monde inégalitaire, tyrannique et arbitraire, Beaumarchais invente les prémices d’une grammaire de la liberté fondée sur le jeu, le mouvement et le plaisir.
Et puis, pour pimenter, me demander quel serait mon avis, il y avait une critique un tantinet réservée, trouvée dans l'après-midi (ils avaient, je le constate en même temps que je découvre le site, beaucoup aimé le Don Pasquale que j'ai déserté) http://destimed.fr/Theatre-du-Jeu-de-Paume-a-Aix-en-2495
Seulement, idiotement, parce que j'ai un billet d'avance, parce que ce n'est jamais tout à fait complet, suis partie sans réserver avec une petite demie-heure d'avance et, ma foi, j'en suis ravie pour eux, j'ai eu droit à de grands sourires des têtes connues du théâtre, quasi amicales depuis le temps, à des navrée, mais c'était complet,
et m'en suis revenue, tout doux, tout doux
De renoncements en actes manqués je progresse.

10 commentaires:

Marie-christine Grimard a dit…

La promenade digestive de lumières en lumières était déjà si belle, Beaumarchais reviendra bien fêter ses noces, ce n'est que partie remise...

annajouy a dit…

comme un soir à la sauce hollandaise...;-)

brigitte celerier a dit…

manque de raffinement la Brigetoun, c'était un soir sans sauce avec juste un rien de saumure et d'oignon sur la chair des poissons

arlettart a dit…

Ainsi lestée ...Elle s'en retourna par les rues solitaires
Cigale insouciante

brigitte celerier a dit…

ou résignée

Dominique Hasselmann a dit…

Beaumarchais se laisse lire ou retrouver ailleurs : l'important était l'intention et l'aération !

jeandler a dit…

Un nocturne aigre-doux.
Beaumarchais un avant Sade ?

brigitte celerier a dit…

Dominique, c'est ce que sagement je me suis dit.. et puis il ne faisait pas si froid que ça (alors que maintenant..)

brigitte celerier a dit…

Pierre incontestablement un pré-révolutionnaire (qui également a su tirer profit des grands, un peu comme Figaro..)

Gérard a dit…

Les harengs donnent soif...prévoir ! !