mardi, mars 31, 2015

en dérive

Mur rongé d'âge
sous notre ciel bleu mouvant
une journée floue

9 commentaires:

annajouy a dit…

dérive la douce...se laisser prendre, se laisser porter, se laisser bercer.

jeandler a dit…

Les murs lépreux
certains jours on les remarque plus que d'autres jours
mais ils sont toujours là
à l'œuvre.

arlettart a dit…

Le regard cherche une harmonie intérieure pour s'accorder

pascale a dit…

Aspire à la dérive du flou dans la trop grande violence du vent qui finit par épuiser toute acuité...

Julie a dit…

Haïku de vent,
De soleil aussi
Couleur d'argent.
Merci pour ce post, il fait du bien.

brigitte celerier a dit…

à vrai dire ma dérive c'était surtout une absence, y compris à l'intérêt pour lecture et écriture

Dominique Hasselmann a dit…

La traversée du flou ressemble à la diagonale du fou : sortir de l'échec assommant.

brigitte celerier a dit…

merci, on émerge toujours plus ou moins tard

Gérard a dit…

Un mur en dérive....pas de quoi se lamenter