dimanche, juin 07, 2015

Traverser le fleuve pour une avalanche d'images d'un jardin

Au réveil, une envie de profiter de l'été, avant la vraie chaleur, et puisque c'est le week-end des jardins et que j'avais vu cela dans la Marseillaise, d'aller à Villeneuve,
Préférer au merveilleux jardin de la Chartreuse, à mes chers amandiers, à sa collection de plantes, ceux du fort Saint André puisque n'y suis jamais montée... et il en est résultée une masse de photos, plus ou moins réussies, plus ou moins intéressantes, que n'ai pas envie de trier et guère plus de commenter – êtes prévenus, je dépasse toute mesure.. (pour une présentation des jardins http://www.abbayesaintandre.fr/les-jardins/, pour un résumé, très rapide, de l'histoire de l'abbaye http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Saint-André_de_Villeneuve-lès-Avignon, et de celle du fort construit sous Jean le Bon, à la même époque que les remparts actuels d'Avignon, au temps où les Grandes Compagnies dévastaient la région http://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_Saint-André_(Villeneuve-lès-Avignon))

suis descendue du bus en plein marché de brocanteurs, et j'ai bien failli en rester là.
Mais comme le fort était là, au dessus, ai entrepris la montée, dans le plaisir des maisons fleuries, et peu à peu, des vues par dessus le fleuve…
jusqu'aux tours jumelles, l'entrée, la billeterie et la sortie sur la terrasse, le jardin bas, devant le reste de l'abbaye des maristes..
le jardin bas, les restes du jardin des maristes, qui avaient fait construire des citernes souterraines et par un relevage puiser l'eau de la nappe du Rhône au pied des falaises, permettant de créer la partie que l'on appelle jardin à l'italienne, remis en état par Elsa Koeberlé et Eugenia Lioubov, qui ont créé le pareterre en éventail devant le reste du bâtiment, la pergola, le «mobilier» de pierre, la haie de cyprès fermant l'espace..
Suis passée sous les voûtes qui soutenaient l'abbaye des 17ème et 18ème siècles,
avant la montée vers le jardin haut, dit jardin méditerranéen,

seulement arrivée là, je ne sais pas vous, mais moi j'en ai un tantinet assez, et comme je n'en suis encore qu'à un peu plus de la moitié des photos prises pendant cette longue errance, je garde la suite pour demain...

13 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Merci pour cette balade "hors les murs" d'Avignon (je ne connais pas le fort Saint-André) et le panorama tranquille nous rappelant qu'Avignon n'est pas simplement un festival (même plus) un mois par an !

brigitte celerier a dit…

oui, y a même des gens qui vivent dedans
et dans les deux départements des gens qui font parler d'eux aussi lors des élections

annajouy a dit…

tres belle promenade.. j'y vois un autre monde. décidément nos différences

brigitte celerier a dit…

avec le réchauffement climatique les oliviers (ça c'est pour le second billet) vont venir chez vous et nous le désert viendra..
déjà les vins prennent puissance en alcool et se dénaturent..

jeandler a dit…

Quelle avalanche, en effet, et du plus bel effet...
Un régal et la lumière est là, pas encore celle du plein été, si crue sinon cruelle. Que n'ai-je jamais franchi ce Rhône-là pour visiter Saint-André... Merci de cette sortie hors les murs.

jeandler a dit…

Je suis monté, je suis descendu puis remonté encore... Magnifique. Si, si. Vraiment. Merci Brigitte. Attendons la suite pour demain.

pascale a dit…

Merveilleuse promenade avec des haltes d'ombre...

arlettart a dit…

Me souviens avec émotion par tes images de cette merveilleuse conservatrice Roseline Bacou conservatrice du cabinet des dessins du Louvre ,qui habitait et restaurait cette abbaye et ses jardins avec goût et grand savoir et la visite au sein de sa demeure était très intéressante (en 1999)
Merci pour cette promenade

brigitte celerier a dit…

le jardin de la chartreuse est pas mal non plus !
plus soigné, plus protégé et avec un côté conservatoire de plantes

brigitte celerier a dit…

Arlette le jour de Roseline Bacou (nièce de l'homme qui avait aidé les deux femmes à acheter l'abbaye, et leur héritière) c'est plutôt aujourd'hui avec le jardin haut, la restauration d'une chapelle, le regroupement des tombes anciennes, la jardin sans façon et sur terre ingrate qui est bien de notre sud

Denis Couet a dit…

Inquiétante perspective pour le vin c'est vrai mais tout n'est pas (encore) perdu...

brigitte celerier a dit…

et plus d'acidité - aux vignerons de s'adapter

Gérard a dit…

Belle balade à Villeneuve ensoleillée, tout comme le Limousin d'où je reviens.