jeudi, avril 21, 2016

Météo du jour

amour ou discors
voile opaque ou soleil bleu
un ciel hésitant
entre remords sans cause
ou insouciance, je suis
ai voulu montrer à mon laurier, figé dans sa réserve, sa vie économisée, depuis si longtemps que je ne me souviens plus guère depuis quand, les petites pousses brunes du grand buisson en haut de la pente de Saint Etienne... je crains de l' avoir vexé et ancré dans sa retenue.
Un peu vaqué, un peu, me suis surtout passionnée pour la série de conférences (découvertes sur Facebook, je ne sais plus sur le mur de qui..) données par Michel Pastoureau au Louvre sur les couleurs au Moyen-Age (passionnée dès la première, portant sur les difficultés nombreuses rencontrées dans cette étude – différence des échelles de couleur, de la température qu'on leur attribue, de la symbolique qui diffère d'une oeuvre à l'autre.., rôle de l'électricité, son éclairage fort, uniforme, plat, qui transforme la vision du spectateur.. impossibilité de photographier l'or, déplacement des objets, distance, lumière.. etc…) n'en ai vu que quatre, celle-ci, la seconde sur les pigments, leur histoire etc… et les colorants, la troisième sur le vêtement et ses codes de couleur, puis celle sur le blason et la couleur concept, pour la gloire du bleu à la fin de ce qu'on nomme Moyen âge ce n'est que partie remise 
au moment de partir vers la nuit debout, j'ai continué à suivre les leçons... je m'en veux d'abandonner le petit groupe – pas toujours d'accord, pas persuadée par la formule, mais pleine de sympathie et d'admiration pour l'implication – je constate une fois encore que n'ai pas, pour être militante, l'indispensable générosité d'abandonner mon sens critique.

9 commentaires:

Arlette A a dit…

Sens critique si important .... pourtant

brigitte celerier a dit…

le pousse à un point parfois paralysant

Dominique Hasselmann a dit…

"Sens critique" (titre d'une revue, je crois) indispensable, ce qui n'empêche pas l'empathie.

Anonyme a dit…

On en a besoin, de sens critique, même dans les ND.
On continue, aucune raison de laisser tomber un mouvement qui est bien parti et va s'amplifier.

brigitte celerier a dit…

oui j'en suis là.. mais l'empathie ne nécessite pas l'assiduité

florence a dit…

"Je constate une fois encore que n'ai pas, pour être militante, l'indispensable générosité d'abandonner mon sens critique."

exactement en phase...

jeandler a dit…

Pastoureau, un maître de la couleur à travers les âges.

Gérard a dit…

Les lauriers tu les as tous les jours...en tout cas je te les attribue.

brigitte celerier a dit…

ouaf - oh hisse ! je redresse mon dos