jeudi, septembre 15, 2016

Change le temps

Un petit tour en ville le matin, avant que pluie et orage s'en viennent prendre possession de nous, se déverser sur la ville, la cour et Brigetoun qui ne s'aimait pas.

(sourire grimaçant, hésitant, revenant, franc)


mais pendant que la nuit tombe je constate que l'orage n'est pas venu, nous a envoyé simplement de grosses ondées, et une tension dans l'air qui pianotait sur les nerfs de mon corps – le soir qui vient avec le frais était délice (et puis l'orage est venu dans la nuit, bien violent et bien franc, et j'ai regardé le bas de la porte-fenêtre en y mettant tout mon refus, avec succès)

2 commentaires:

annaj a dit…

j'attends comme dans les films américains, les livres emplis de déserts et de vent, d'Indiens qui dansent...l'orage aussi

brigitte celerier a dit…

là, nous sommes entre deux jours d'orage
on reprend souffle (et on est définitivement passé sous les 30°)