jeudi, novembre 24, 2016

Les tribulations de Brigetoun

Comme mon tapis pour souris, choisi pour son aspect, avait au fil des années acquis un profil vallonné, comme les rails noirs de ma souris sans fil étaient endommagés à la longue par leur parcours sur cette surface inadaptée, suis passée à la Fnac mardi matin, ai acheté un nouveau tapis, bien noir, bien sage, et puis me suis laissée tentée par une souris neuve (et pas spécialement donnée) alimentée par batterie.. l'ai jumelée au mac, l'ai laissée en train de se charger, n'y pensais plus, l'ancienne circulant allègrement sur son nouveau terrain.
Mais ce matin, quand j'ai voulu, l'esprit presque clair, l'utiliser, le mac a refusé de la reconnaître (et j'ai vérifié qu'en effet, ce que mon cher ami vendeur aurait dû soupçonner, il était juste un peu trop ancien). L'ai soigneusement remise dans sa boite et m'en suis allée, tardivement - suis un peu trop longue à me mettre en ordre de marche - plaider ma cause,
en faisant tout de même un détour - parce que j'avais découvert sur Facebook, grâce aux belles photos prises par Caroline Gérard depuis le pont Daladier, que le Rhône, pendant que je surveillais la montée de la pluie dans ma cour et glissait sur les feuilles humides dans les rues, montrait une très nette envie de nous rendre visite -, un détour donc pour aller à sa rencontre.
Et ma foi mes photos prises un peu en galopant (comme pouvais parce que dans l'herbe mes bottes s'enfonçaient dans un mélange de terre et de fleuve infiltré) sont moins spectaculaires (surtout pour qui ne sait pas où est la rive normalement) parce que le fleuve se répand surtout de l'autre côté du pont - je n'ose piquer les photos de Caroline, pouvez les découvrir sur Facebook, et parce que prises de trop loin, trop vite.
Ai tout de même fait quelques pas sur une bretelle devenue fleuve, et puis m'en suis allée dans la ville, 
sans prendre le temps de nettoyer mes bottes bien plus souillées qu'elles ne le semblent là, parce que le prix de ma souris inutilisable me pesait.
Après tests, réflexions avec trois charmants jeunes hommes, suis revenue avec une toute mignonne et joufflue souris à fil et un petit avoir... pour trouver le facteur et le kindle – premier prix, n'ai pas besoin de plus de fonctions – que j'ai fini par, sans considération pour mon budget et mon besoin de bottes neuves (enfin ça devrait s'arranger) m'offrir…
Le temps de nous apprivoiser, de constater qu'en effet la lecture était incomparablement plus satisfaisante que sur mon vieil ami kobo.... le temps de faire cuisine, me suis assise devant mon assiette vers quatorze heures quand le téléphone a sonné.
Et ça a été le commencement d'une conversation (n'étais pas assez certaine que ma méfiance était justifiée pour stopper tout de suite, ce qu'il aurait fallu faire, et il était assez bon comédien, prenait assez de détours... pour m'embringuer malgré ma résistance) d'une grosse demi-heure avec un policier – avec immatriculation fournie à charge pour moi de le croire - venant d'arrêter un roumain en possession d'une copie de ma carte bleue.... bon en résumé me sentais honteuse de me laisser sans doute manipuler, me sentais honteuse de ma résistance, les numéros de téléphone de la banque et de l'hôtel de police que je tentais maladroitement de faire de l'autre main ne répondaient pas... j'ai fini par donner des chiffres que n'aurais pas dû et il s'en est fallu d'une seconde pour que je sois soulagée de quatre cents euros... la banque a répondu juste à temps. Résultat carte bloquée, nouvelle carte à émettre et me transmettre, policier, un vrai celui-là, enfin joint, me félicitant (il semble que ce gars sévisse depuis un moment avec une certaine virulence sans qu'ils soient arrivés à le coincer) ce qui n'a pas suffi à me rendre mon estime de moi.
Alors ai mangé gorge serrée et me suis bien soigneusement endormie pour émerger un peu rassérénée (mais comme ma banque semble avoir eu un problème elle aussi et que je ne peux visualiser l'état – suis presque riche sur mon compte courant en prévision d'un éventuel blocage par un gouvernement des retraits sur les assurances vie, mais c'est une provision – de mes comptes, et comme : ben va ma falloir du liquide pour plusieurs semaines – j'y passerai demain.
Ceci n'est pas d'un intérêt prodigieux sans doute, disons que c'est un médicament. Et maintenant que j'en ai fini, que je sens mes nerfs calmés au point de rappeler le sommeil, le vent s'éveille, souffle et joue avec mon volet...
Vais faire joujou avec le kindle et Kalces de Florence Jou, Margaux Meurisse et Samuel Jan chez publie.net http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782371771550/kalces que le kobo massacrait.
P.S. y repensais cette nuit pendant que le tonnerre grondait sur nous, et tout de même un étonnement : le gars connaissait mon adresse (bon ça il y a l'annuaire) et mon numéro de portable si peu diffusé que moi suis obligée de chercher mes notes pour le trouver (déteste ce truc)

14 commentaires:

Claudine a dit…

Bonne nuit après ces émotions.
Ne serait-il pas plus prudent d'effacer la mention du contenu de votre compte en banque (ainsi que mon commentaire)?
On a raison d'être paranoïaque

Marie-christine Grimard a dit…

Désolée de cette mauvaise rencontre et merci de l'avoir partagée pour Que l'on se méfie à notre tour...

brigitte celerier a dit…

Claudine, là ce n'est vraiment pas expoitable…
Marie-Christine selon les policiers c'est en effet une forme d'arnaque en vogue

Anonyme a dit…

bon courage pour la suite, donc... Amicalement (signé : un des 58) PdB

brigitte celerier a dit…

les comptes sont ok (le site de la banque s'est décoincé, l'achat de notre livre attendra sagement une quinzaine de jours, et vais certainement faire des économies - sourire

Dominique Hasselmann a dit…

Arnaque par téléphone : l'idéal serait de n'en pas avoir ! Mais il en existe tant d'autres formes...

Amusant car j'ai eu il y a deux jours un problème de souris et ai dû en changer pour une sans fil (mais pas une Mac, trop chère) !

Bonne journée à vous maintenant !

Caroline Gérard a dit…

Tu es passée au Kindle. Je suis très contente de ma Kobo (que je n'ai que depuis quelques mois) Tu me diras l'avantage de l'une par rapport à l'autre. Toutefois, je n'ai pas envie de la changer pour l'instant.

brigitte celerier a dit…

Dominique : ben toute contente moi d'en avoir une à fil (même si pour le moment, après avoir vérifié son fonctionnement, je la garde en réserve - l'ancienne a des piles fraiches dans le ventre)

brigitte celerier a dit…

Caroline, première expérience, un peu plus complexe, accès aux livres plus difficile à trouver la première fois mais : caractères plus lisibles - et encore j'ai pris celle sans écran éclairé - et meilleur positionnement des e-book de publie net du moins ceux qui lui sont dédiés, le format "tablette - epub" s'adaptant parfois fort mal avec le kobo

Françoise Dumon a dit…

Difficile de ne pas paniquer dans une telle situation, il faut rester vigilent, certes, mais je ne sais pas si j'aurais eu ta présence d'esprit. Pour ce qui est de la souris, j'ai changé la mienne il y a quelques mois, heureusement je n'ai pas de MAC. L'avantage des souris sans fil c'est qu'elles n'ont pas de bille, et donc n'abiment pas le tapis...

jeandler a dit…

Rien que "trois jeunes hommes" pour jouer au chat et à la souris. Quel succès, ma chère! J'aurais aimé être cette petite souris pour vivre la scène...

brigitte celerier a dit…

pas en même temps Pierren ils se sont passé le relai

Arlette A a dit…

Se méfier de tout c'est infernal..les astuces sont si ..astucieuses Merci de nous raconter en avertissement même par de charmants arnaqueurs

brigitte celerier a dit…

oh l'était pas si charmant, l'était très fonctionnaire de police que la petite vieille avec ses questions et hésitations et essais de vérification empêchait de travailler