mercredi, décembre 14, 2016

Brigetoun aime les santons

J'aime les rites, mon enfance où Noël était marqué par les regroupements chaque soir autour de la crèche (même si alors nous n'avions qu'une crèche néo-classique en aluminium, prototype sans suite tenté par un ami très proche), un gâteau au chocolat merveilleusement et rituellement loupé et cafi (mot familial signifiant brûlé à l'extérieur et presque liquide, compoté à l'intérieur) et un ou deux cadeaux puisqu'étions privilégiés
et la grande crèche, accompagnée par un tout petit marché de santonniers (six il me semble) ont été inaugurés samedi dernier,
m'en suis donc allée mardi matin, avant les quelques petites courses indispensables, vers l'église des Célestins,
rencontrant sur mon chemin un père Noël si épouvantablement grand et gros qu'il m'aurait terrorisée enfant
et des petits tritons sonneurs de trompe mis en cage
Comme chaque année la crèche de Carbonel est si grande qu'on ne sait où regarder et ne peut tout voir
et comme chaque année, parmi les santonniers présents – mais avec des santons plus vivants, plus grands et beaucoup, beaucoup plus chers – il y avait Isoline Fontanille http://www.santounette.fr/article-deux-grandes-dames-de-l-argile-premiere-partie-120850699.html
je me suis refusée les ânes amoureux ou attelés et emportés par une charette, un gamin chevauchant etc... mais j'ai tout de même cédé
et avec le produit vaisselle, les yaourts, la tablette de chocolat, une boite de cigares et des éponges, j'ai ramené un valet de ferme et un nouveau pâtre qui attendront bien sagement que je songe à libérer les anciens de leurs boites.
Intéressant n'est-il pas (peut-être autant que le discours de politique général et plus encore les réponses de chefs de parti qui étaient mon bruit de fond pendant que je vaquais puis pondais et mettais en place ces lignes et photos)

8 commentaires:

Claudine a dit…

Belle tradition que ces santons, ne la connaissais pas avant de lire Paumée

Arlette A a dit…

Les ânes sont adorables Il va être temps de ressortir la boîte en carton je prépare la crèche, juste la dernière semaine

brigitte celerier a dit…

moi entre le 22 et le 24
dans l'enfance le 24

Dominique Hasselmann a dit…

Il y a donc aussi quelque part un mini-festival d'Avignon, avec des acteurs qui n'ont pas à apprendre leur texte et des animaux qui ne sont pas martyrisés...

brigitte celerier a dit…

té, c'est pas que d'Avignon..
c'est italien et puis provençal (là Isoline Fontanille c'est le Gard)
et ça se répand peu à peu, moins que les sapins qui ne sont plus comme dans mon enfance considérés comme exotiques, mais ça se répand tout de même

jeandler a dit…

Les santonniers sont de grands enfants qui n'ont pas voulu vieillir.

Godart a dit…

Comme vous, j'ai toujours aimé le Noël provençal avec toutes ses traditions, comment ne pas évoquer celle des treize desserts et le fait de mettre un couvert supplémentaire pour un éventuel convive qui viendrait frapper à la porte. Et puis, dans les villages alentours nichées au pied dès dentelles de Montmirail, ces crèches vivantes réunissant ses habitants dans une fraternité qui fait chaud au cœur.

brigitte celerier a dit…

malheureusement à Grignan la pastorale c'est fini