jeudi, juin 08, 2017

En cheminant

matin
jupes en émoi
arbres dansent et chantent
ciel de pierre bleue
après-midi
un homme bourru
un grand ferme et doux guerrier
une gente
point ne sais leur histoire
trop banale a dit l'arbre

12 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Puzzle... mignon !

brigitte celerier a dit…

on s'amuse comme on peut (sourire)

Arlette A a dit…

Les yeux et les jupes en balade

mémoire du silence a dit…

J'aime ces murmures.

jeandler a dit…

Il est bon de sourire un peu
les ennuis s'esquivent
la lumière en joie.

brigitte celerier a dit…

du vent pour nettoyer et jouer mais sans violence

Hélène Verdier a dit…

Dans cet Hôtel je descendis,
Il y a longtemps bien longtemps
J'ai beau chercher dans ma mémoire
Rien ne vient rien
Nul souvenir de chambre de vestibule ni de gardien
Je me souviens pourtant
D'une soie verte couleur d'espérance
Celle d'une chasuble chatoyante
Repercée de mille trous
Brûlée au fer, décor savamment réparti
Sur le tissu précieux (en somme détruire pour embellir et oeut-être aussi pour rendre compte de toute vanité)
Étonnant XVIII ème siècle !
Dans les tiroirs d'un chasublier
( ce pourquoi j'étais incroyablement là)

Je me souviens aussi de l'hôtel Cardinal à Aix ou de celui du théâtre à Lyon sans compter tous ceux dont j'ai oublié le nom dans cette drôle de vie de voyageur de commerce
Au final Brigitte je suis contente ce matin de retrouver ce souvenir grâce à vous.

Godart a dit…

Douceur de la lumière dans les feuilles, beauté des formes, la première photo comme une invitation à déjeuner.

brigitte celerier a dit…

Hélène il est tout petit mais très fréquenté (en tout cas par gens que je connais) l'Hôtel Mignon.. et proche de mon antre, même si moins que l'hôtel d'Europe

brigitte celerier a dit…

Godart, malgré le vent...

Lucien Suel a dit…

Cheminer, j'aime ce verbe ! Merci Brigitte pour ce long cheminement de Paumée.

brigitte celerier a dit…

et grand merci Lucien pour l'avoir accompagné un peu