mercredi, novembre 22, 2017

Limites

Beauté, nuances, relative variété des façades dans nos rues, comme une petite musique lente
lumière, ombres douces et une ébauche de tendresse dans l'air hivernal
sobriété cette année des décors (jusqu'à maintenant en tout cas)
mais l'étroitesse de ces quelques guirlandes perdues dans l'espace
mais ces gouttes métalliques dardées comme des flèches au dessus de nos têtes
mais l'agacement de devoir attendre le 28 janvier pour le premier des rendez-vous avant premier des examens demandés par petit toubib....

mais France état de droit disait-on, et puis écouter le reportage sur les migrants mineurs dans les Hautes Alpes en lien dans le billet d'Eric Schulthess https://carnetdemarseille.com/2017/11/21/migrants-mineurs-en-montagne-ou-en-mer-meme-calvaire/

7 commentaires:

Claudine a dit…

Les belles façades de par chez vous. Ici la jeunesse rentre aujourd'hui, la première fois depuis 3 mois. Elle sera accueillie par un ciel moins bleu.

brigitte celerier a dit…

mais par le charme des arbres, et le plaisir du retour

Dominique Hasselmann a dit…

Eh oui, l'heure des guirlandes (pas pour tout le monde) a sonné...

La nuit, resteront-elles allumées ? Nicolas Hulot a-t-il donné des instructions aux mairies ou est-il déjà retourné dans son nid ?

brigitte celerier a dit…

pour le moment ici rien qui annonce les lumières... un peu tôt sans doute
il y a juste ces quelques trucs... reprises d'années précédentes
sommes très respectueux ici, même pour le palais sauf occasions de la modération dans l'éclairage

jeandler a dit…

Un manque de lumières
et le monde irait-il mieux pour autant en consommant plus ?

Godart a dit…

Et Brigetoun toujours aux aguets pour notre plus grand plaisir. Mais le Noël provençal avec ses 13 desserts et ses traditions, n'est-il pas le plus beau ?

brigitte celerier a dit…

une bonne trentaine d'années que Noël n'existe plus pour moi... le passe à côté sereinement (sauf, j'en ai peur, cette année... on verra)