lundi, novembre 20, 2017

Paresse et influences

sous vent lumineux
la ville fête en bleu franc
les joies d'automne
moi, dans l'antre, je me lave les cheveux, traque poussière dans les nids où ne vais jamais voir, passe aspirateur, repasse un peu, me tiens les reins, range papiers, paye ou donne ce que je peux dans ce que je veux, dis bof au petit concert de chambre qui devrait avoir lieu à Saint-Pierre...
et, parce qu'en finissant de préparer mon repas (trop important, mais ce n'était pas dû à l'influence du commentaire de Pierre Landré sur mon billet précédent, parlant de boulimie, mais simplement au plaisir de peler, couper, en écoutant ce qui sortait du poste) j'avais entendu un documentaire Pain maudit à Pont-Saint Esprit – de l'ergot dans le pétrin https://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/pain-maudit-a-pont-saint-esprit-de-lergot-dans-le-petrin et qu'un sourire me venait avec le souvenir, ai repris, feuilleté Tous les diamants du ciel de Claro (Actes Sud) et j'en ai savouré la langue et l'esprit
L'intoxication est féroce, ses origines éprouvantes. Violemment exhumé du fond des âges noirs, et comme chu du Retable d'Issenheim où Grünewald avait entassé ses visions, instaurant sa loi dans la cité gauloise encore titubante de l'après-guerre, vient de resurgir, plus inquiétant parce que prétendument disparu, le fameux «mal des ardents», l'ignis sacer, le spectre de l'ergotisme, et avec lui la perspective de moignons boucanés, d'yeux révulsés, de spasmes et de rictus, de flammes omniprésentes, d'appels à la délivrance – ….
et plus loin, dans le texte et l'espace... des prostituées attiraient leurs clients pour les «doser», après quoi les agents de la CIA prenaient des notes, se grattaient le nez, reprenaient un scotch serré, quand eux-mêmes ne s'entre-dosaient pas, car tout ça n'était pas très sorcier...
Et puis, parce que j'avais lu le beau billet de Pierre Ménard un labyrinthe sonore à entrées multiples https://www.liminaire.fr/journal-1/article/un-labyrinthe-sonore-a-entrees écouter (et voir), longuement, une grande partie de sleep de Max Ritcher au hasard des vidéos trouvées... l'une des plus brèves


5 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

La devise de Monsanto : "Ergot sum"... :-)

brigitte celerier a dit…

mais il n'y a pas de rumeur sur les liens entre Monsanto et la CIA (quoique... l'agent orange)

Arlette A a dit…

St Antoine l'abbaye près de Moras et ce fameux mal des ardents aux illustrations effrayantes ...
Douce et belle vidéo Merci une belle journée en fait

jeandler a dit…

La boulimie n'est pas mon amie ni mon soucis mis à part celle de la lecture. Ce qui est loin d'être un régime sec.

Godart a dit…

Intrigante cette histoire du pain empoisonné à Pont Saint Esprit en 1951. Jamais vraiment éclaircie, si l'explication de l'ergot de seigle officiellement retenue semble la plus plausible, l'histoire d'une expérimentation de la CIA sur les effets du LSD peut tenir aussi la route sans tomber dans le travers du complotisme.