vendredi, décembre 01, 2017

des broutilles et Nannetti

jours de rien, lectures moins que prévu, politique, vaccin, ménage et sommeil grand
et puis
mercredi
dans le froid bleu dur
en ébauches et traces
s'en viennent les fêtes
et Brigetoun retrouve deux films aimés : l'un pour une image redoutée, guettée afin de fermer les yeux à temps, comme enfant lorsque mon père nous lisait des contes, l'approche du dessin des enfants couchés dans un grand lit sous le couteau de l'ogre, en frisson craint et désiré... (premier, abandonné)- l'autre pour la réalité toujours un peu interrogée, toujours sur le point de verser dans l'étrange, toujours contaminée afin de sélectionner une séquence pour nourrir la participation envoyée à François Bon pour la première étape de l'atelier d'hiver (proposition http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4482 – textes http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4484)
jeudi
début des deux jours de la foire Saint André, Brigetoun un peu honteuse garde l'antre, repasse, nettoie, rêve, caresse, flatte, ensoleille un début de cafard
et se prépare, un peu, au spectacle du soir, en se remémorant l'époque d'un séjour dans une de ces maisons de repos d'où on ne sort qu'avec autorisation (d'où elle sortait librement par permission spéciale, les toubibs ayant décidé, grâce à Marcel Proust promené dans son sac, qu'il s'agissait pour elle d'une erreur d'aiguillage et simplement d'une grande faiblesse), les souffrances et atonies côtoyées, et puis en se promenant un peu dans ses rayonnages, grappillant des écrits venus de ou évoquant des malades plus profonds,
avant de partir, dans le début de nuit, vers le théâtre des halles, en forte attente,
assister à un spectacle de la Compagnie SIC 12, Nannetolicus Meccanicus Saint, mis en scène, interprété par Gustavo Giacosa (que La Provence bien inspirée cette fois a qualifié de «baroque inspiration zen»), accompagné par la musique (et une vidéo) de Fausto Ferraiuolo, à partir de la poésie rebelle de Fernando Oreste Nannetti tracée sur les murs de l'hôpital psychiatrique de Volterra. (spectacle co-produit avec le Théâtre Liberté de Toulon, le Théâtre de la Grande de Dorigny, l'Université de Lausanne et le Teatro dell'Archivolto de Gênes)
Persuadé d'être relié à des présences surnaturelles et cosmiques, Nanetti restitue poétiquement ses échanges avec l'univers interstellaire, comme avec la terre... Durant neuf ans il a gravé un livre à ciel ouvert avec la pointe métallique de son gilet où, imaginaire, délire et lucidité forment un univers stupéfiant....
Un spectacle dur, poétique, fort, sincère et respectueux, fraternel, une incarnation émouvante sans indécence – de la danse soigneusement maladroite, les grandes mains de Gustavo Giacosa, la vois (et la voix enregistrée), une vidéo finale où marche et danse l'acteur pendant qu'il dort juste en dessous, un peu de stylisation qui ne se remarque qu'à peine, la musique de Ferraiuolo et de bouffées d'opéra... et puis le texte, les moments graves, les moments à la raison légèrement distordue, les coqs-à-l'âne, l'amour des chiffres, les guirlandes de mots à la vague parenté sonore...
Pour une petite idée, les vidéos trouvées
et, si en avez le temps, cet article sur Gustavo Giacosa publié lors de la présentation du spectacle à Toulon http://www.journalventilo.fr/identites-remarquables-gustavo-giacosa/
retour dans la nuit curieusement un peu moins glaciale.


11 commentaires:

Arlette A a dit…

Ravie de te retrouver comme un rayon de soleil
Pas vu ce spectacle il est vrai un peu moins d'abonnements et cette année encore moins si ce n'est des places trop loin j'en rage Merci d'être là

Dominique Hasselmann a dit…

Se faire son cinéma dans la tête... Proust vous aura donc servi de sauf-conduit !

brigitte celerier a dit…

pour l'atelier en fait ça a été Ruiz lequel a tourné une adaptation de Proust (mais pas avec ce film)

Claudine a dit…

voir les palmiers de Montpellier avec des décorations de Noël, c'est... bizarre

brigitte celerier a dit…

normalement décor et lumière c'est pour ce soir ici… mais neige petiotement là… et ce sera sans moi - là j'attends après midi et quelques degrés de plus pour mes yaourts et les poules de la foire maintenant qu'il n'y a plus de chevaux

Annick Brabant a dit…

Un petit message... un chouette blog... vivant... entre mots et photos... petit plaisir d'y faire un tour de temps en temps.

Anonyme a dit…

This is really interesting, you're a very professional
blogger. I’ve joined your rss feed as well
as sit up for trying to find more of your excellent post.Also, I have shared your
site in my social networks!

Anonyme a dit…

I’m honored to obtain a call from a friend as he revealed the important ideas shared on your site.
Browsing your blog post is a real outstanding experience.

Thank you for taking into consideration readers like me, and I wish you
the best.

brigitte celerier a dit…

merci

Anonyme a dit…

I saw a lot of website yet I believe this one has got something great in it.

Thank you for sharing.

Anonyme a dit…

Thanks so much for another post. I am pleased to be able to get that kind of information.