vendredi, juin 19, 2020

Jeudi

bagarre avec l'évacuation de l'évier – score : Brigitte 1 – évier 1,5 – plombier lundi 2
ménage dans l'élan pris... une vague impression d'être à côté de ma vie, ce qui m'amène à être appliquée.
Dans l'après midi
grandes nappes bleues
et nuages voyageurs
par dessus nos vies
m'en aller tout platement vers Rosmerta, Amadou , Mamadou, notre apprentissage de c, ç, ce, qu, g, ge, gu, des divers modes de possession et encore et toujours de la différence entre le singulier et le pluriel (le crâne d'Amadou peine à faire la différence... son ego n'est pas très développé), des participes présents puisque en avons rencontré,  un passage de Youssouf
et un faire-part pour un mariage breton me plongeant dans la joie et lune profonde quant à ce que vais faire.

6 commentaires:

Nadamasse a dit…

On espère avoir une photo du kouign amann!

Dominique Hasselmann a dit…

Le cercle des pavés (pas encore) disparus... comme sur la place de la Bastille à Paris où ils ont été remplacés par un plat bitume noir, lisse et sans âme historique.

Le bleu du ciel est, heureusement, ici comme ailleurs, hors de portée de tout "aménagement" ! :-)

Brigetoun a dit…

Nadamase, pas certaine d'avoir les sous pour et à peu près certaine qu'il n'y aura pas de kouign-amann sauf au petit déjeuner du lendemain... n'en mangerais pas de toute façon moi suis huile

Brigetoun a dit…

Dominique des survivants encore un temps au calades supprimées partout pour la gloire du vélo (et je préférais me tordre les chevilles sur les vieilles calades à l'abri de ces sacrés bidules)

Claudine a dit…

patience, les enfants sont des éponges reconnaissantes et tout ce qu'on leur donne de bon cœur porte ses fruits

Brigetoun a dit…

j'espère qu'ils seront scolarisés l'année prochaine mais ils perdent leur temps là (il faudrait que je leur donne plus de temps)et sont pas tout jeunes on plus... il y a le cap des 18 ans où ils n'auront plus le droit à l'asile