vendredi, mai 05, 2006

Un conte des temps révolus.
Elle n'était pas très belle, ni très laide, elle n'était pas très intelligente mais suffisamment pour le savoir, elle n'avait pas de certitude. Assise dans une brasserie, vide à l'exception des buveurs au comptoir, elle voyait la petite place, le marchand de légumes en face, et une procession de gens plus ou moins jeunes, avec ou sans sac plastique ou serviette, qui arpentaient le trottoir et, avec un changement de rythme, entamaient la descente dans la bouche, disparaissaient.
Posted by PicasaElle est entrée dans la file et poliment s'y est fondue. Elle a voulu disparaître, elle est devenue assez maigre pour être encore visible mais pas regardable ; elle pensait à un homme dans les collines.
Dans les collines il y avait des créatures belles, moches, de tous âges et on parlait et certains disaient des choses brillantes, ou vécues, ou drôles, autour de la cheminée, après la marche dans les bois, et elle pensait "regarde moi" mais il ne fallait pas tricher, se travestir, et elle attendait, et il l'a regardée, un peu, puis encore et il l'a touchée et c'était simple. Un certain temps, et elle en a été si reconnaissante.
Elle a repris le train pour une ville où le ciel était bleu dur et où la chaleur la laissait insensible puisqu'elle n'avait plus beaucoup de corps à brûler. Elle est rentrée à Paris gagner sa vie, le ciel était doux, elle portait une veste de velours brun comme les châtaignes, et de temps en temps elle allait dans les collines. Le pop, Léo Ferré et Aperghis flottaient dans l'air.
saut de pied et trompette - hors rêve, je suis une vieille femme qui a des convictions et qui refuse que l'on nous amuse avec l'affaire clearstream, la seconde, nauséabonde, pendant que l'on survole ou évite d'évoquer l'existence de ces "chambres de compensation" qui servent si bien à ce que l'argent circule rapidement, facilement, sans contrôle - est ce vraiment moins dangereux que la circulations des êtres humains ?

7 commentaires:

marie.l a dit…

" qui refuse que l'on nous amuse avec l'affaire clearstream" ... je dirai même que l'on nous abuse...

Je ne connais d'Aperghis que le nom, encore une de mes grandes lacunes.

Bon week-end Brig... je suis de garde ce soir et reviens demain

Anonyme a dit…

Je te suis dans ta clairvoyance, ces donneurs de leçons me font vomir.

Siréneau a dit…

Vous êtes surtout une ravissante conteuse, j'ai pensé à Marguerite Duras.

Anonyme a dit…

Bonjour Brigetoun ! Quel plaisir de vous lire... Je suis émue par votre texte ; il est sensible, tendre, détaché, humain. Je vous ressens très fort telle que vous êtes : généreuse.

Anonyme a dit…

une précision: il faut déjà être plus intelligent que la moyenne pour savoir qu'on ne l'est pas. Tu connais le dicton de Socrate: "Je sais ne pas savoir". Gros bisou

Holly Golightly a dit…

Dans ces moments-là, j'ai envie de vous serrer fraternellement dans mes bras.

Anonyme a dit…

Oh la la ! Je n'étais pas venu depuis plusieurs jours...

Oui, les médias nous leurrent avec les people et leur liste bidon. Pendant ce temps, on fait le ménage au Luxembourg. Quand on ira s'y intéresser, ça sera très clean, ClearStream...

Quelle chance vous avez d'écouter tant de musique !
Bonne continuation.