samedi, novembre 14, 2009

Fatrasie en mineur pour désarroi désœuvré

visage ailé,
silence parlé,
blondeur qui plane.
M'en vais vers le laid,
mon coeur bourrelé,
cheveux qui fanent.
Nos désirs sont en panne,
les clairons ont trop parlé,
les olives se damnent,
les matins sont bosselés,
les discours les trépanent.

bien entendu, cela ne vaut pas
"Je vi toute mer
Sur tere assambler
Pour faire un tournoi,
Et pois à piler
Sur un chat monter
Firent nostre roi.
A tant vint je ne sais quoi
Qui Calais et Saint Omer
Prist et mist en un espoi,
Si les a fait reculer
Deseur le Mont saint Eloi"
entre autres vers de Philippe, sire de Beaumanoir

M'en suis allée, dans la nuit qui s'installait à 6 heures du soir, voir une grande ombre passer en larges ondulations sur la façade du petit palais (ce qu'on appelle une mise en lumières par une jolie antiphrase), un peu trop tard pour une conférence qui m'intéressait moyennement, beaucoup trop tôt pour la visite nocturne (tenterai vendredi prochain si carcasse veut),

retardée que j'avais été par la découverte d'un vernissage à l'espace Vaucluse, vers lequel je suis retournée, y retrouvant des amis, échangeant des lambeaux de phrases, m'arrêtant devant quelques oeuvres qui me plaisaient

Exposition de peintres et plasticiens du Sénégal, du Burkina Fasso, du Liban, d'Haïti et français, sans que j'arrive à trouver quelqu'un capable de leur attribuer les oeuvres exposées

les organisateurs de ce petit festival "Terang'Art" (organisé avec l'appui du Conseil Général, de Novarte, d'Amnitsty, etc...) étant souriant et très sollicités.

Il y a eu et il y aura des concerts à Morières et Montfavet, auxquels je renonce, mais aussi, demain salle Benoît XII avec les frères Guissé (guitares et voix toutes de douceur) et Meissa barython-montagne, à l'immense gentillesse, que j'ai pu écouter un moment,

et puis, comme carcasse protestait, suis partie, après embrassades, et avant que mon sourire ne se crispe, avant la rencontre-débat qui devait suivre dans un restaurant.

8 commentaires:

JEA a dit…

merci pour ces "matins bosselés"...
comme si ces mots avaient toujours attendus d'être rapprochés

Avignon a dit…

Je suis passé place du palais à 19h et j'ai beaucoup aimé l'ombre ondoyante comme un drapeau sur la façade du petit palais. J'espère que ce n'est pas exceptionnel.
Quant à l'expo africaine, m'ont plutôt intéressé les masques traditionnels Bambara ou Punu plutôt que les œuvres modernes...

brigetoun a dit…

l'onde samedi et dimanche et illumination du cloître - puis vendredi, samedi et dimanche prochain, avec le vendredi conférence à 18 heures sur Martini et portes fermée se rouvrant à 20 heures pour visite nocturne - si j'ai moins mal je vais essayer - nous devions être à peu près en même temps au vernissage, mais ne t'ai pas vu (trosi peintres que je goûtais assez celui des graphismes noirs, celui du papier collé en relief et les panneaux jaunes, les ferrailles assez convenues mais une ou deux belles - ambiance sympa

jeandler a dit…

Fatrasies et soties!
Divertissement, non-sens tout en obéissant à une forme rigoureuse.
Pas loin de tes impromptus ... dans la ligne.

Gérard a dit…

si en plus tu nous mets du vieux françois....je m'accroche, je m'accroche !

joye a dit…

Avant que ton sourire ne devienne une citrouille...

;-)

maria-d a dit…

J'aime beaucoup votre "Fatrasie en mineur pour désarroi désœuvré"... bravo et merci

jedaen a dit…

chère Brigitte magnifique présentation, j'aime surtout cette ligne silence parlé-belle tension.