mardi, novembre 24, 2009

Mirlitonade, honteusement, pour du vide

sur Avignon, lundi matin
s'en allaient de blancs nuages
en douceur, très lentement

fatigue venue brusquement,
là, j'ai stoppé piteusement
à mon retour, lundi matin

soupirant, devenue sage,
j'ai lancé mon cigare éteint,
en douceur très lentement,

j'ai respiré la lumière
baisant devant moi les pierres
dans la gloire de ce matin

et j'ai suivi pigeon sage
vers chez moi, amicalement
en douceur, très lentement,
en Avignon, lundi matin
et puis, dans l'après midi, comme la vedette du jour était un de mes yeux qui pleurait et brûlait, j'ai fermé les deux pour écouter choses certainement belles et intelligentes, mais point ne sais ce que c'était.

10 commentaires:

joye a dit…

J'aime beaucoup ton pigeon-guide !!!

(tu fumes des Time ?!?)

JEA a dit…

En Avignon, sous les pavés, le biset...

tanette a dit…

Tu as respiré la lumière et fermé les yeux...et moi, j'aime tes photos.
Bonne journée.

micheline a dit…

ces impondérables bercés doucement pour adoucir nos peines..

DUSZKA a dit…

C'est dans le regard tourné vers ce qui est là, campagne belle ou pierres moussues, que la paix fait signe : un pigeon, la buse qui plane, le héron pêcheur et timide... Images, sons, odeurs, la vie paisible. Bises berrichonnes.

Avignon a dit…

Fainéant
Point feignant
Mais la ville
Évitée
Je suis resté
À domicile

jeandler a dit…

Un beau et jeune sens interdit qui se hausse du col
Ce qui ne nous interdit pas pour autant de donner sens à notre journée.

Gérard a dit…

Tu retrouveras sûrement ton pigeon faisant le pied de grue chez moi demain !

Muse a dit…

en douceur très lentement, une cure de repos ne te ferait pas de mal...apprendre à ne rien faire!

brigetoun a dit…

vous êtes vraiment d'une indulgence presque coupable