vendredi, janvier 08, 2010

Je boude,

Publius Marcellus Sofer aussi, et il a fait condamner sa porte à tous ses clients, amuseurs, commensaux, bien introduits ou de peu d'importance - il a décommandé, en se levant, le dîner et envoyé des esclaves prévenir ses invités avec une excuse improbable, arrogamment, et, seul dans son triclinium, il médite, puisant avec indifférence dans de petits plats de dates de Syrie, d'olives de sa terre et de figues, n'écoutant que vaguement son vilain esprit qui lui souffle une satyre de Juvénal, en l'assortissant de remarques sur ses relations amies et ennemies. Il regarde la fresque maladroite sur le mur devant lui, une mer entre des arbres, oeuvre d'un esclave dont il s'est débarrassé en l'offrant au favori de son patron. Il tente de penser, et puis secoue la tête, dépose sur la table son minuscule esprit, appelle un des serviteurs qui s'agitent dans la pièce voisine, et se fait servir un vin de Falernes et une assiette du poisson au garum qui attendait sur le réchaud.

Et voilà qu'un groupe de dignes imbéciles est arrivé – ils se sont débarrassés de leurs pare-froid, ils ont lu ces lignes, m'ont regardé avec pitié, et puis se sont moqués de moi. Je n'ose plus bouder.

9 commentaires:

joye a dit…

Salamnbô ! Salamnbô !

;-)

Avignon a dit…

Quelle ellipse !

Une machine à remonter le temps et à revenir encore plus vite !

Mathilde a dit…

Brigetoun : tu as bien raison de ne plus bouder, il ne faut jamais bouder face à un groupe de dignes imbéciles, je suis fière de toi !

Avignon : la machine à remonter le temps, un nouveau désir obsessionnel ? Oublies là, tu es en train de te faire du mal ! Tu as raison, si tu veux voyager dans le temps il vaut mieux que tu continues à lire le blog de Brigetoun, c'est désormais la seule solution pour toi !

JEA a dit…

la dernière photo protège plusieurs mystères se complexifiant les uns les autres avec des complicités de lumières passagères clandestines...

arlettart a dit…

Les imbéciles se croient toujours dignes....

Sylvaine V. a dit…

Le regard de celui qui se dit abandonné, implore un démenti...

micheline a dit…

je lui avais bien dit:"ce n'est pas beau de bouder!"

fardoise a dit…

Belle osmose des mots et des images. Mais tu as raison de bouder, parfois c'est nécessaire.

Gérard a dit…

et pendant que tu boudes Avignon blanchit