mardi, juin 22, 2010


Ce jourd'hui, en pays mien,
et dans d'autres, me dit-on,
avions droit de lancer sons
pour fêter la musique

Sans violons, sans sitars,
choeurs passionnés, justes ou non,
j'ai laissé la gloire au vent,
ce jourd'hui, en pays mien.

Me plaisent simples chansons,
grégorien, ventre en jazz,
mais trop maussade j'étais
pour aller en compagnie.

Brute suis, n'avais désir
de m'éjouir en y plongeant,
ce jourd'hui, en pays mien,
pour fêter la musique.

Tant et si bien que dissone et ne donne que boiterie. (et mirlitonnerie)

10 commentaires:

Mathilde a dit…

Une bouderie de la fête de la musique joliment décrite, très poétique, et franchement, je suis certaine que tu n'as rien raté ! De toute façon, tu n'es pas sans aller voir de la vraie musique tous les 4 matins, ou tous les 4 soirs ! Jolis montages photos, le tout comme d'habitude, empreint de douceur !

Bertrand a dit…

J'aime beaucoup...Un parfum de François Villon même...

Avignon a dit…

Nous nous éjouissâmes chacun à sa manière
Je finissais le soir jouant en solitaire

pierre a dit…

Il n'a pas plu
mais la fête s'essouffle...

tanette2 a dit…

Ta poésie est une douce musique. Bonne journée.

joye a dit…

En avant la musique, surtout si c'est la tienne.

micheline a dit…

que ta musique intérieure te suffise et si elle mirlitonne la faut aimer aussi

Gérard Méry a dit…

Que de belles écritures chez toi !

D. Hasselmann a dit…

Oui, il y a du Villon dans ce violon des mots.

Pierre R. Chantelois a dit…

En ce jour de la fête nationale du Québec, je viens vous dire que ces mots me touchent.

Ce jourd'hui, en pays mien,

et dans d'autres, me dit-on,

avions droit de lancer sons

pour fêter la musique


Pierre R.