jeudi, octobre 07, 2010

Comme le ciel me disait qu'il déverserait de la lumière, comme elle n'atteint plus que le haut du mur séparant les cours, comme je n'avais plus de légume et voulais un manteau coûtant moins de 600 euros, m'en suis allée en ville, les yeux dans le bleu (et cet affrontement que n'avais jamais remarqué).

Ai ramené trois chandails mais pas de manteau (me contenterai des vieux), et une petite allégresse grâce à l'air vif et doux et aux sourires rencontrés, et j'ai passé le nez et mes paquets dans la cour du palais du Roure, pour voir, dans le cadre du Parcours de l'art, et parce que je les avais repérées sur le blog de Françoise http://encrer-le-monde.over-blog.com/article-droles-de-totems-58117545.html les sculptures de Serge Marchal, photographiant, mal, vite, sans raison, les plus grandes

Sur son site http://serge.marchal.pagesperso-orange.fr/ (de belles oeuvres sous l'onglet glaerie) je lis : "Il faut bien un jour ouvrir la porte d'ombre- écrit Michel Serre dans "Statues"- s'avancer vers les premiers degrés, chercher la lumière pour se reconnaître dans les ténèbres si anciennes que la chair humiliée en a déjà l'habitude. Là, elle (l'oeuvre) expérimente le dur, l'extérieur, l'objectif."

Et puis l'horreur n'est pas loin de l'humour grinçant. La mort est toujours là. La carapace, l'armure, le squelette témoignent de son passage. Les lambeaux du dehors laissent entrevoir les noirs ravages du dedans.

Violence contenue de celui-ci, nommé "Torquemada", et beauté sombre, surtout des crânes de taureaux (un très beau taureau dynamique en ouverture de son site), trophées barbares.

et j'aimais, vraiment, ce contraste de matière, cette rigueur noire sur le rouge hérissé et sans structure, mais comme, bien entendu, effrayée un peu j'étais, j'ai demandé aide à mes petits voisins,

mais ils ont ri, continué à danser, et comme j'insistais, le plus calme, le noir, m'a répondu que les taureaux et eux étaient spectacle, pour le plaisir de nos yeux, et qu'unis, ils avaient décidé de se contenter de montrer et danser la violence, que je les ennuyais, alors suis rentrée manger mes pâtes.

11 commentaires:

albin, journalier a dit…

Oui mais des Panzani !
(J'aime bien vos petits voisins.)

Lautreje a dit…

Merci pour cette découverte, je suis allée découvrir les autres sculptures sur la galerie de son site, la collection de taureau est impressionnante, coup de coeur aussi pour l'oeil du cyclope et Torquemada.

3 chandails ? tu nous prévois un hiver rigoureux ?

tanette2 a dit…

Tes petits voisins sont superbes. Le vert est très "dynamique".
Bonne journée.

koukistories a dit…

"j'ai passé le nez et mes paquets dans la cour" ... je vous vois là, c'est tout vous ça !
:°)

micheline a dit…

laisse donc le manteau de la nuit
te faire un habit
on est si bien quand on dort
sans dépenser ses sous
et puisque qui dort dîne
point de caramel mou
.......
mais c'était bien sûr pour de rire
comme on disait chez nous

Gérard Méry a dit…

Admiratif pour ceux et celles qui créent et qui déroutent les regards

Avignon a dit…

Le ciel est beau !

joye a dit…

L'inculte qui est moi me dit que j'ai la même statue chez moi où mon mari jette les restes de fer. Désolée.

Mais n'arrête pas tes essais de me cultiver, brige, il y a encore de l'espoir. Il est bleu et encourageant comme ton ciel.

brigetoun a dit…

il ne s'agit pas de culture - on aime ou pas

Pierre R. Chantelois a dit…

Brigetoun

Deux remarques : vous avez un sens du recyclage (les manteaux) et pourquoi s'ennuierait-on en votre compagnie? Les pâtes étaient bonnes, j'espère.

pierre a dit…

La tête taurine magnifique!