mardi, octobre 26, 2010

«Je crois répondit Kate en se levant pour raccompagner sa visiteuse que les Anciens auraient dû prendre plus au sérieux les oracles qui les mettaient en garde contre leur progéniture, et veiller à s'en débarrasser au berceau. Sans Pâris, contre qui les dieux avaient clairement prévenus Priam, la guerre de Troie n'aurait pas eu lieu ; et sans Oedipe, Freud n'aurait eu aucun mythe pour illustrer son complexe...!» Amanda Cross «insidieusement vôtre»

Tiens, j'ignorais qu'Oedipe faisait partie de la progéniture de Freud.

  • Ah bon -, tu lisais ça la nuit dernière ?

  • Par ma foi, oui

  • et maintenant ?

  • rien

  • ah ?

  • Oui, j'en ai marre

  • tout de même, que vas tu faire ?

  • Rien, j'en ai marre

  • mais là, tu..

  • oui mais je pense que Paumée et moi allons attendre demain, jour meilleur, j'espère

  • en attendant, comme tu dis, tu pourrais t'occuper de moi

  • tu exagères, je t'ai tout de même arrangé... bon, je sais, juste un peu

  • très peu

  • que veux tu, quand on a déjà une drôle de tête on ne fait pas de la boxe. Bon, pauvre ami, nous allons nous soigner

PS. Patience demandée – je suis de mauvais poil (le vent ?)

P.S. au P.S. J'ai rempli un sac des feuilles mortes, brindilles et papiers que le vent avait déposé dans ma cour, j'y ai ajouté mes nuages et j'ai déposé le tout dans la rue – et puis j'ai souri

16 commentaires:

koukistories a dit…

Bien fait de virer ce sac, et tu vois, la belle argile te dit d'être avec toi plus douce.

joye a dit…

Moi aussi, de super mauvais poil. Moi, c'est un (ex-)ami français qui me traite d'hypocrite, de vache, et, aujourd'hui, ânesse.

Alors, hihan, brige.

Feel better.

Chri a dit…

On ne dira jamais assez combien porteur de poils mauvais ce mistral abuseur est.

Lautreje a dit…

Magnifiques photos et mots. Le vent s'est engouffré dans ta chambre et te donne le tournis, les murs décollent ! Bravo pour ce buste Brige, il a plein de choses à te dire et tant mieux pour les nuages...

micheline a dit…

A l'unisson!

DUSZKA a dit…

Ici le vent nous a glacés, puis il s'est calmé, repu sans doute. Ce matin c'est brouillard givrant. Je chouchoute une de mes filles en vacances avec son fils, ça occupe agréablement l'esprit en ces temps à hurler. Bonne journée. Bises.

Pierre R. Chantelois a dit…

De mauvais poil nous le sommes tous et toutes parfois dans un moment de notre vie. Et ces passages obligés à travers une mauvaise humeur apparente regagneront bien ces feuilles emprisonnées dans un sac que la nature disposera à son gré. Et le soleil reviendra.

Avignon a dit…

Le Mistral doit y être pour beaucoup.
Dans ces cas, je vais le chercher tout en haut, à l'aplomb du rocher.
J'en reviens rechargé.
Comme quoi, quand le vent peut nous gonfler, il peut également nous gonfler !

Mathilde a dit…

assez parlé du mistral, on sait bien qui'l nous enquiquine au point de nous mettre de mauvais poil car je voudrais faire un clin d'oeil à la première partie de ta publication, le jugement de Paris qui me fait penser à Emil Cioran à propos du spermatozoïde : "ce bandit à l'état pur !"
Serais-tu un tantinet agnostique ?

brigetoun a dit…

suis parfaitement agnostique - le mistral voudrais ben l'ignorer, mais s'il m'ignore

Mathilde a dit…

quel dommage que tu n'es pas entendu les conférences de mon frère car son travail tourne autour du jugement de Paris et sur le refus de la paternité dans son ensemble...mais pas que ça bien sûr ! Cela te plairait je pense, mais lors d'une prochaine visite de son cabinet de curiosités avec des groupes de personnes, peut-être pourrais-je également te le proposer si ça t'intéresse et si t'es disponible à ce moment là !

brigetoun a dit…

tu sais là Pâris est vu d'assez loin, il s'agit d'un polar

arlettart a dit…

Mais les nuages n'entrent pas toujours dans un sac ils s'en vont vers d'autres "mauvais poil" cela les attirent

Gérard Méry a dit…

C'est vrai quoi il a raison de se plaindre tu ne lui as pas ouvert le deuxième œil

jeandler a dit…

Voilà ce que cherche la police chez Michel: ton sac à vent!

brigetoun a dit…

réglementaire mon sac à vent et déposé à l'heure dite à l'endroit dit (mais le fait est qu'Avignon est irrémédiablement une ville sale, Pétrarque le disait déjà)