vendredi, mai 04, 2012

Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre


Dans le cadre des vases communicants de mai 2012

Quelques lignes sur la page de Brigitte Célérier

Qui a bien voulu me confier quelques photos.


Mais je laisse la parole à Trèfle… c’est lui le scribouillard du mois.

Je ne me présente pas. Allez voir mes précédentes aventures ici ou là… Si vous en avez envie, n’hésitez pas.

Aujourd’hui, quartier libre ou presque pour moi.


Un petit tour incognito au marché… il me faut trouver de nouvelles pensionnaires pour le poulailler, car je manque de compagnie.
Et là, une cage, je ne vous dis pas... Le moyen de transport idéal pour au moins deux nouvelles poulettes. Je vais suggérer à ma propriétaire de se porter aussi acquéreuse du banc, comme cela elle sera plus à l’aise quand elle s‘installe pour écrire dans le jardin et me surveiller d’un œil.

Mais ne lambinons pas, car la journée n’est pas finie.



Pardon. Excusez-moi. Je suis vraiment maladroit. Mais quelle idée de se planter en plein passage. Pas trop la place d’un dieffenbachia ou je ne sais quoi… Je goûterais bien, mais pas sérieux et peut-être dangereux pour ma santé. Ces plantes vertes ne valent pas les feuilles de salade distribuées généreusement chaque matin à mon domicile.



Et que vois-je ? Cette cloche à fromage en grillage. Elle ne serait pas de trop pour protéger l’assiette de graines de blé, maïs et compagnie des assauts répétés de mes concubines. Je m’efface trop souvent devant elles et je n’ai plus que quelques graines à me mettre sous la dent, pardon le bec.

Mais il faut que je passe mon chemin et rentre rapidement.

Impossible. Regardez ce que je viens de voir.



Un panier plein de pâtissons… elle va en acheter et moi, me gaver des graines. Je ne partagerais pas. Qui est le chef !!!
Bon, je vais rentrer, car la faim me tenaille.

Je vais prendre par le chemin des rosiers.

Cela sent bon, mais pas question de flâner. 







Oh ! Attention, vous avec vos chaussures noires. Éviter de me marcher sur les pattes. Attention à vos mollets. J’adore entendre le cri de surprise quand j’en pique un. Ni vu, ni connu.




Bon, je vous laisse. J’entends caqueter. Je crois que deux nouvelles pensionnaires arrivent. J’espère que ce seront deux bonnes pondeuses.



Cocorico !!!


pardon









© 2012 - 32 Octobre
cette dernière photo est de Danielle Masson
comme le texte qu'elle a bien voulu confier à Paumée, pendant qu'elle accueillait sur son blog http://jetonslencre.blogspot.fr/ les mots que j'ai posés, vaille que vaille, sous une de ses images.


Rappel :
Tiers Livre et Scriptopolis sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… "Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre."

La liste des participants, que j'espère correcte se trouve sur un blog dédié à ce seul usage http://rendezvousdesvases.blogspot.com pour simplifier les choses pour les participants



12 commentaires:

Pierre R. Chantelois a dit…

Adorable texte plein d'humour et de tendresse. Heureux de constater que vous avez trouvé pensionnaires agréables et bonnes pondeuses pour vous tenir compagnie.

brigetoun a dit…

je n'ai rien trouvé du tout - mais Danielle m'a confié un joli texte

Dominique Hasselmann a dit…

C'est beau, la vue des animaux...

Le coq pense, rit, se balade, il n'est pas qu'un symbole "cocardier" et nationaliste, trop entendu ces temps-ci !

arlettart a dit…

Du coq à l'âne.... je fais souvent parler Stanley mon beau chat
sourire complice d'une bouffée d'oxygène bienvenue

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Spathiphyllum !

jeandler a dit…

La narration charmante d'une déambulation qui me rappelle ici quelque chose. Mais quoi? That is the question.

brigetoun a dit…

ravie du sourire que Danielle a posé sur Paumée - suis moins allègre (mais douce je crois) chez elle

32 Octobre a dit…

Merci de l'accueil et ravie que votre texte soit venu prendre place entre mes mots

brigetoun a dit…

merci d'avoir accueilli mon four

Gérard a dit…

érudite cette Brigitte Célérier

brigetoun a dit…

c'edt pas moi !

ceriat a dit…

Lol ! :D