lundi, juillet 02, 2012

Météo dimanche


déconnexion progressive
pluie douce, éternellement, pianotant en sourdine,
un thé à la vanille
picorage Henry James
Jane Austen : les nouvelles de Publie.net http://www.publie.net/fr/ebook/9782814506435/evelyn re-survolées
et pleurer délicieusement en accord avec le crépuscule humide en regardant «raison et sentiments»
dire zut à Paumée – tranquillement
Jusqu'à son réveil, sans importance, brusque, passager ou non, lundi matin.

5 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Ah mince, tout à l'heure la météo était absente... Elle va et vient comme des nuages à la Sagan (pas le coureur cycliste).

jeandler a dit…

Comme c'est étrange, lorsque Paumée se plaint de la pluie, il fait beau ici et quand le ciel brille au-dessus de sa cour, c'est ici qu'il pleut.

Ces feuillages si verts ont besoin d'un peu de l'eau du ciel. Belle photo.

Pierre R. Chantelois a dit…

Après un bon café au miel, voilà un thé au jasmin. Et la pluie n'a qu'à bien se tenir. Belle idée de bousculer le lundi pour le sortir de sa torpeur.

Gérard Méry a dit…

Un thé à la menthe très sucré, c'est bien aussi

Danielle C. a dit…

Juste pour dire que j'aimerais pleurer délicieusement avec Jane Austen et qu'en ce moment je suis si loin de ça. Vos mots et vos photos me font du bien.