samedi, décembre 08, 2012

absence


et voilà – j'avais, dans la joie, fait un long et beau (ne riez pas) billet pour le lendemain des vases communicants, avais terminé un truc ciselé qui me satisfaisait presque, bouffée d'assurance dont j'ai été punie, ai déjeuné, ai siesté pour être en forme pour le concert, ai commencé à rapatrier mes montages.... et open office a fait un caprice, a tout effacé en fin de journée, me suis énervée, ai tout tenté, n'ai rien récupéré -
une Brigetoun effondrée, tremblante, tétanisée... et totalement incapable de reconstituer, de retrouver les mots, les idées... a regardé la nuit...
a bu un peu de thé ce qui ne l'a pas calmée....
s'est changée, pour partir à l'opéra écouter un concert avec Nicolas Angelich (ouverture d'Egmont d Beethoven, concerto n°17 pour piano et orchestre de Mozart et symphonie écossaise de Mendelssohn)
a renoncé au billet – navrée
tranquillisée par cette décision, a repris, tranquillement tout à zéro pour essayer de le mettre en ligne dimanche, si en est capable.
Je suis un petit tas de cendre, reconstituée, faute de l'avoir pu faire pour mon billet, en Brigetoun comme le peux.

7 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Mais on attendra un jour de plus, il n'y a pas le feu ni les cendres !

Anonyme a dit…

vous propose ce beau titre

le banquet des cendres

de Giordano Bruno

on le sait bien

pour les mots pour les images

cette latence

éloge du moment

bonne journée

jeandler a dit…

Nicolas Angelich négligé ! Comment est-ce possible ?

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Ne soufflez pas !!!

:D)

brigitte celerier a dit…

pas négligé, savouré mais garderai pour moi, parce qu'il a fallu trouver temps et esprit presque clair pour le billet enfin en ligne sur les vases, et pour cela passer outre à la petite désespérance (quand plus de dix heures d'effort joyeux sont anéanties)

Anonyme a dit…

Brigitte, t'assures...!!!
Merci encore de tout
PCH

Pierre Chantelois a dit…

Que dire qui n'a point été dit sur ce lourd et patient travail de recensement? Toujours émerveillé par cette organisation de la matière et du travail ;-)