mercredi, juillet 03, 2013

Se faire tirer la langue


Comme j'admire le travail de Martine Belay-Benoit, comme je les aime bien elle et son mari Michel Benoit, mon «collègue» en blogs avignonnais, m'en suis allée 

vers six heures vingt, sous un ciel qui hésitait entre bleu et masses de nuages, dans un beau début de chaleur qui incitait à la nonchalance

et comme nonchalance me plaît, je me borne aux pauses-photos que demandait carcasse, aux différents aspects, nobles et humbles, de la ville.

Ai salué Martine et une amie blogueuse, embrassé Michel, admiré les langues plus ou moins insolentes, élu deux ou trois préférées,

aimé l'ambiance agréable, les gens qui allaient et venaient, verre en mains, entre la salle et la place

regardé la petite animation, en face, où des ouvriers finissent d'installer les gradins du cloître des Carmes, et puis comme je dois constater qu'à force d'abandons et de renoncements je suis devenue une invisible inconnue pour les têtes connues qui arrivaient, 

m'en suis revenue, tout doux, m'amusant (là c'est de loin) de la gaieté d'une troupe asiatique programmée chez Golovine qui s'entre-photographiait

et puis me suis un peu battue contre la langueur passagère de mon mac, pour vous infliger toute ma moisson...
Que la journée vous soit bonne. 

9 commentaires:

Pierre R. Chantelois a dit…

Mais quelle fraîcheur je retrouve en ce jour. Et toutes ces langues qu'on tire et qui semblent se moquer du printemps pluvieux maintenant chose du passé. Beaucoup de fraîcheur et de bonne humeur. Je me suis bien amusé à revoir chacune de ces photos. Bravo Brigitte.

Claudine a dit…

C'est vous qu'on aperçoit avec le grand chapeau blanc ?
Belle exposition, belle promenade dans la ville !

brigitte celerier a dit…

oh non ! c'est une jeune et fine danseuse chinoise ou coréenne, sais pas, vue avec zoom... mais au moins cette troupe, les ai traversés et ai marché un peu devant eux, était heureuse d'être programmée à Avignon !

JEA a dit…

Jack n'était pas là ???

jeandler a dit…

Se faire tirer la langue comme on se fait tirer le portrait. Au moins, tu ne t'ai pas fait tirer l'oreille pour aller à cette surprenant et belle expo. Ah, que ne suis-je Avignonnais. Les Orléanais sont si froids.

Dominique Hasselmann a dit…

Avignon, ville de la langue mise en scène.

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Quelle balade avignonnaise !
Un plaisir !
:D)

arlettart a dit…

Réjouissante cette balade de "mauvaises manières"dirait ma Grand'mère

Gérard Méry a dit…

...et par la même occasion se faire tirer le portrait.