samedi, septembre 14, 2013

Je n'ai pas envie


Je n'ai pas envie d'entrer dans le jour
Je n'ai pas envie de tolérer que mes yeux pleurent quand je veux les ouvrir
Je n'ai pas envie d'accepter mes mollets froids
Je n'ai pas envie de croire que l'inéluctable est ce que disent les voix qui bourdonnent dans ma radio, et je mets ma tête sous le boutis
Je n'ai pas envie de détester tel pays puis tel autre, pour obéir aux principes affichés, aux intérêts réels
Je n'ai pas envie de croire que les pauvres resteront pauvres et le sont d'espoir et de paroles et d'idées et que l'on doive parler pour eux
Je n'ai pas envie de voir la beauté sombrer
Je n'ai pas envie de crier et rire en foule
Je n'ai pas envie de ne pas être solidaire, mais je n'ai pas envie de me dissoudre, d'accepter de taire la petite voix contraire
Je n'ai pas envie de savoir que toute vie est guerre

Je n'ai pas envie d'entrer dans le jour
Je n'ai pas envie de me rendre compte que je glisse de politesse en lâche complaisance, de me soupçonner de courtisanerie, je préfère que de la politesse naisse l'amitié
Je n'ai pas envie de me souvenir que j'aimais la solitude
Je n'ai pas envie d'avoir la faiblesse de ne plus l'aimer
Je n'ai pas envie de penser en meute, mais je n'ai plus vraiment envie de renoncer à ce que je pense pour me singulariser, je vieillis
Je n'ai pas envie de faire des caprices, j'en fais, et je n'ai pas vraiment envie d'y renoncer par courtoisie, je n'ai pas envie de devenir mûre, je n'ai pas envie de me dire qu'il est trop tard, je serais blette, je souris, tant pis, j'ai envie d'en sourire
Je n'ai pas envie de deviner le mépris, alors lentement me vient le je n'ai pas envie de le provoquer, reste à avoir envie de changer

Je n'ai pas envie d'entrer dans le jour
Je n'ai pas envie de décider
Je n'ai pas envie de trancher
Je n'ai pas envie de résister à mes brusque foucades, à mes ruées vers autre part, de réfléchir mes élans
Je n'ai pas envie d'accepter de savoir que je n'ai rien à donner
Je n'ai pas envie de recevoir, mais me répète que le faire avec grâce est une façon de donner
Je n'ai pas envie de ne plus admirer, de ne pas crier ma reconnaissance, mais je sais qu'il ne faut pas gêner
Je n'ai pas envie de détester qui ne m'aime pas, je n'ai pas envie de subir sa décision, son influence
Je n'ai pas envie de renoncer à aimer, pour ne pas être aimée j'y ai consenti

Je n'ai pas envie d'être raisonnable
Je n'ai pas je n'ai plus envie de continuer à prendre des coups, même quand suis seule à le savoir
Je n'ai pas envie d'être aussi immensément ignorante, je n'ai pas, je n'ai plus envie de faire semblant
Je n'ai pas envie de me sentir scolaire, je triche, je me persuade que je ne le suis pas, je triche plus efficacement, la passion d'apprendre efface ce sentiment d'application
Je n'ai pas envie de consentir, je n'ai pas envie de me passer de guide, je n'a pas envie de m'y assujettir
Je n'ai pas envie de m'aveugler sur mes manques, ma prétention, j'y cède pourtant et m'en navre

Je n'ai pas envie de posséder
Je n'ai pas envie d'être si pauvre que cela prenne possession de tout
Je n'ai pas envie de me sentir différente des plus démunis et de le voir dans leurs yeux
Je n'ai pas envie de penser aux décisions à prendre pour l'inéluctable dépendance
Je n'ai pas envie de peser
Je n'ai pas envie d'être mesurée
Je n'ai pas envie d'arrêter, je n'ai pas envie de céder à cette pente, j'arrête
Je n'ai pas envie de me passer de beauté, même petite, même misérable, même ou surtout par moi seule décelée, alors j'en mets ici, un peu, que j'ai rencontrée (ou je me débarrasse de photos)

13 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Ces envies refusées forment leurs contraires en creux : envie de partager ce qu'elles dessinent de vous en ombre chinoise.

brigitte celerier a dit…

ce qui donne peut être un portrait un peu flatté - tenir compte des velléités

jeandler a dit…

L'envie en litanie. C'était, en mon enfance, un vilain défaut, me disait-on. Aujourd'hui, on envie tout et rien.

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Il sera difficile de trouver ailleurs un texte recelant autant de fois la lettre "j".
:D)

Devoir pour demain :
« Jai envie d...
J'ai envie d...
J'ai envie d... »
Ad libitum.
:D)

brigitte celerier a dit…

J'y pense figure-toi mais ça risque d'être très bref

Isabelle Pariente-Butterlin a dit…

Envie d'imprimer cette page et de la garder sur moi comme un fil conducteur dans le jour.

brigitte celerier a dit…

je devrais essayer

arlettart a dit…

Et pas envie de changer !!!
car c'est le sel de ta personnalité
Il faut s'y faire Belle Dame

Danielle Carlès a dit…

Chaque mot comme écrit pour moi, vous n'êtes pas seule, Brigitte. Recevoir avec grâce, mieux encore que donner, oui.

Elise a dit…

très touchée, tant à méditer via vos mots

brigitte celerier a dit…

ne méditez pas trop - ça se cassera la figure

Pierre R Chantelois a dit…

Petite absence qui m'a paru une éternité. Et je retrouve ce texte qui me sied à merveille. Le droit aux refus et l'obligation de les assumer. Magnifique et vivifiant.

Anonyme a dit…

bonjour Brigitte, cela ma frappé tout d'un court-- la fossile c'est l'écriture de la vie comme toutes les traces....
bises et belle journée.

madeleine