lundi, novembre 04, 2013

Un jour et des camions


C'était un jour, un jour ordinaire, ce n'était pas un dimanche
un camion renâclait à se réveiller et sortir

à cheminer patiemment vers le travail

un camion attendait

il y avait des câbles

et un camion qui hissait un homme pour travailler...

il y avait un camion qui partait vers autre tâche.

C'était un jour, un jour ordinaire, ce n'était pas un dimanche
je revenais vers l'antre avec mon couffin, ai rencontré un camion qui portait un équilibriste ; il attendait, guettait ses compagnons oeuvrant dans l'appartement en réfection dont il ne voulait salir l'escalier
il me tournait le dos, ai cherché trop longtemps mon appareil entre patates et tomates
il s'est retourné
il a crié je ne sais plus quoi de souriant
j'ai hésité à détruire
c'était joyeusement funambule, j'ai gardé.
C'était un jour, un jour ordinaire.
Aujourd'hui c'était dimanche, ai changé les draps, lavé linge de table, torchons, tablier et cheveux, n'ai pas repassé comme du temps où je travaillais.
Intéressante, n'est-il pas la vie, la vie quotidienne ?
Intéressante la vie vacante des dimanches.

8 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Les camions véhiculent parfois plus que ce qu'on en devine.

Anonyme a dit…


J'aime bien la vraie vie vue et racontée par vous.
Une mine...

jeandler a dit…

Un camion, des camions. Que ferions-nous sans camions ? Des camions et des hommes.

arlettart a dit…

Grand charroi qui charrie quoi? ...
Dans la ville en émoi
Et moi? je suis au milieu de tout ça...
Princesse aux Petits Pois

tanette2 a dit…

Des camions...souvent gênants mais...bien utiles et, une vie quotidienne peut-être pas très intéressante, mais celle que connaît chacun de nous..., celle-ci si bien racontée.

Gérard Méry a dit…

du verbe camer...nous camions

brigitte celerier a dit…

plus qu'à préciser le sens

Pierre R Chantelois a dit…

Flâner lorsque la rue travaille... quel privilège! Je me surprends à apprécier occasionnellement cet état d'esprit ;-)