jeudi, janvier 23, 2014

Goûter vie plate


Rendez-vous pris pour le début d'après-midi : enlèvement de l'iMac de mes anciens jours
tenter de ficeler le carton (celui du nouveau, récupéré), assise par terre ce qui permet de rire de moi, pour faciliter son transport.
Empoigner sac de linge et sortir dans la ville qui sourit sous un ciel bleu, un sourire un peu frais tout de même, d'un bleu délicieusement doux, eau sur fond de sable, que le vent ne fouettait plus,

ce qui m'a autorisé à ressortir le feutre qui appelle mon sourire, puisqu'il est impossible de faire la moue sous un chapeau - petite recette personnelle -, et celui des interlocuteurs (par mistral, même mistralounet ,il entraîne rire, course, et puis main encombrée quand j'ai renoncé à le porter autrement).

Supplier la petite statuette de Touitou que je guigne, comme une petite amie ou double idéalisé, et que le radiateur a remplacée, d'attendre que je puisse la faire mienne.
Petite soeur rousse
et si sage
assise fermement
le dos bien droit
à ton âge
j'étais à plat ventre
sur les tomettes au soleil

Passage Carrefour pour épicerie, continuer tout doux, tout doux, avec mes deux sacs, me demander une fois de plus pourquoi, entre tous les murs, m'est chère la caresse de la lumière et des ombres sur le mur de Saint Didier – ces accords que nous avons, chacun, instinctif, sans raison, avec certains lieux...
pieds dans l'ombre
boire le doux contact
la main lumineuse
posée par le soleil
pour que jouent les arbres

Rentrer, saluer le départ du parasol de lumières, dernière trace des fêtes sur la place de l'Horloge...
Cuisine en faisant un tour sur nternet – attendre passage du gentil enleveur pour déjeuner en paix... sieston, et m'installer entre Moscou et Paris, vers 1920, parce qu'en avais eu envie, comme ça, en croquant mon toast à l'orange du petit matin... une idée de billet, sans doute pour plus tard.
Une journée de vie tranquille comme j'en ai trop pris l'habitude, jusqu'à haleter presque quand elle se perturbe un peu.

5 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

"Impossible de faire la moue sous un chapeau"... l'humour est possible aussi !

brigitte celerier a dit…

à Paris je devais en avoir un besoin plus criant et mes chapeaux exigeaient davantage le sourire

jeandler a dit…

Alors portons tous un chapeau pour sourire. Le printemps n'en sera que plus doux.

arlettart a dit…

Belle allure il est vrai
Incontestablement

Gérard a dit…

Tu portes admirablement le feutre