lundi, mars 17, 2014

Mirliton-pantoum pour le vent


clameurs dans l'obscurité du petit matin
plantes tombées, gravats du mur, chatons et papiers contre la porte, récolter, esprit vide
n'ai pu que mirlitonner en forme de pantoum sans grand sens

Cyprès, branches dansent, car il vente...
Avançons en crabe, corps penchés.
Yeux clos, crâne vide, car il vente,
en moi pelotonnée, reste couchée

Avançons en crabe, corps penchés..
Les pigeons emportés, on ne sait où...
En moi pelotonnée, reste couchée
concentrée je dure, oubliant tout

Les pigeons emportés, on ne sait où...
Claquements de toiles, sur les pierres.
Concentrée je dure, oubliant tout,
esprit mort et yeux clos, je suis pierre.


En fait le vent a molli, s'est presque endormi, s'est fait souffle, et le bleu est alors revenu occuper le ciel... mais vaquais, lisais, apprenais, alors puisque mon mirliton était là.. l'ai laissé

9 commentaires:

arlettart a dit…

De plus en plus poète !!Chère Amie
le vent fou tourneboule les esprits

Dominique Hasselmann a dit…

Agréable mirliton... pour une militante !

brigitte celerier a dit…

il rend fada

brigitte celerier a dit…

très très peu militante !

Françoise Dumon a dit…

Toujours plus que moi... Le vent n'a-t-il pas trop fait de ravages parmi les fleur ?

brigitte celerier a dit…

pas assez de fleurs pour que ça compte

│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ a dit…

Ben oui, quoi, c'est une bal(l)ade avignonnaise !

Gérard a dit…

..autant en emporte le vent

Christine Zottele a dit…

toujours trop modeste, Brigitte! pas du tout vers de mirliton ne sont-ce, et beau pantoum c'est je dis!