jeudi, juin 19, 2014

Faux tankas for a day à mettre au passé


la douceur blanche
tiédeur de l'air sur les rues
indifférentes
corps engraissé, engourdi,
l'esprit et le coeur dorment
*


nuages en fuite

frimeurs, soleil, vent joueur

et flèches en papier

propulser jambes gourdes
rencontrer notre attente
*


lumière jeune
le sourire des plantes
et la tendresse

les jambes qui trébuchent
mains gourdes, inquiétude

et puis, un peu après treize heures une ondée
et puis, au cours de la journée un corps plus fonctionnel... et des lectures calmes

7 commentaires:

mémoire du silence a dit…

Un jour quelque part dans le monde.

brigitte celerier a dit…

grand grand merci

Dominique Hasselmann a dit…

Les banderoles monologuent...

brigitte celerier a dit…

pas totalement... il y a le crâne et le visage intelligent de Gilles qui oeuvrent à ce que l'impossible ne le soit pas

brigitte celerier a dit…

on retient respiration ; vote pour le grève le 3 juillet, la veille de l'ouverture

jeandler a dit…

Fatigue du matin n'arrête pas le pèlerin.

brigitte celerier a dit…

ce qui m'ennuie c'est que ce n'est pas fatigue mais un engourdissement rampant des jambes st crispation des mains