lundi, septembre 15, 2014

une ruée dans l'eau et la lumière (longue) mais pas de jardin




Le maire du quartier nord d'Avignon, qui est un gentil camarade, presque un ami, m'avait invitée à la fête de son quartier, avec animations dans le nouveau parc inauguré en juin, chemin de Massillargue, parc dessiné à partir d'un terrain vague après consultation des habitants, et un apéritif en fin de journée, au cours duquel serait dévoilé le nom choisi par les gens du quartier.
Après repassage et ménage, la gourde a passé de longs moments avant de trouver où se situait ce parc (le chemin de Massillargue est passablement long), puis le nom de la station de bus, puis, sur le site assez problématique pour mes yeux de vieillarde de la tcra (compagnie de bus municipale), quelle était la possibilité d'horaire en ce dimanche – ai mis plus d'une heure, la fin de matinée, à mettre au point ce très aventureux programme, ai trouvé deux bus possibles, avec petite marche pour celui du retour... étais contente de moi... et doutais de plus en plus de ma volonté d'ajouter ma présence passablement inutile à cette petite fête.
Vaquant, cherchant renseignements, cuisinant, j'entendais, venant du Rhône, le bruit, finalement très modéré, de la suite du championnat de jetski, que je trouvais de plus en plus sympathique pour cette relative retenue (y compris en début de nuit) et finalement, un peu avant trois heures, l'envie m'est venue de voir cela, et de profiter du soleil, de la lumière sur l'eau, des grandes virgules de gouttelettes soulevées, ai pris mon appareil, suis sortie
et, après avoir dégringolé vers le fleuve, près du pont Daladier, me suis installée, regardant, souriant parmi les gens qui souriaient en regardant, (le public le plus concerné, le plus nombreux aussi, était sur l'île)
prenant une foultitude de photos, au jugé, sans voir le résultat parce qu'il y avait trop de soleil, et en étant certaine qu'elles seraient loupées, presque toutes... pendant la première heure, avant de mettre mon appareil, qui avait très chaud, à l'abri, 
suis restée encore près d'une heure avant de juger que j'avais, moi aussi, accumulé plus qu'assez de chaleur, de rentrer, de jeter un peu plus des deux tiers des photos (dont la plupart incontestablement loupées), de n'en trouver aucune vraiment bonne, d'en garder trop, de décider de les mettre, ainsi, juste pour qu'éventuellement, les passants dégringolent vite le long de la série... comprenant aussi peu ce qui se passe que moi et mes voisins, et dans le meilleur des cas étant aussi fascinés et vides de toute idée que nous l'étions. 
Il faisait délicieusement bon.
Mais, honte à moi, n'ai pas eu le courage de me changer et de m'en aller dans les contrées lointaines qui se situent au nord est des remparts...

10 commentaires:

Marie-christine Grimard a dit…

Je ne savais pas qu'il existait un championnat de jet ski, merci de ces images de fraîcheur !

brigitte celerier a dit…

je ne l'aurais certainement pas su si je ne l'avais eu depuis deux jours à ma porte et un peu dans ma cour pour ce qui est du son
gratitude pour votre passage

Dominique Hasselmann a dit…

Le pont d'Avignon regarde tout cela avec philosophie : il en a vu passer, des embarcations et des embarqués...

jeandler a dit…

L'eau battue
Paumée rompue
le parc oublié.

brigitte celerier a dit…

un certain nombre, oui.. et puis le parcours tournait sur lui même, sinuait, se croisait mais n'allait pas jusqu'à lui et ses vieilles pierres n'avaient pas droit aux remous

brigitte celerier a dit…

joli, Pierre

Hue Lanlan a dit…

regard ouvert et rafraichissant. merci de nous le faire partager

Gérard a dit…

Tu as pu donc profiter de l'eau...et du soleil

brigitte celerier a dit…

aujourd'hui aussi mais venant avec égale énergie du ciel

arlettart a dit…

Quel bruit !!! presque la Méditerranée , jour de compétition