vendredi, octobre 31, 2014

dans la lune

Jour dans l'antre

lavage cheveux, méditation, traitement/reprise en mains de carcasse (qui a récupéré ce qu'elle avait laissé de poids en Lozère, et un gros peu de sa force, avec toute sa paresse)
et rangements, (sans autre parenté avec ceux là que leur précarité)
démoralisation devant les reliefs de l'hiver dernier, jeter, repasser, avoir l'impression d'avoir été dignement active, avant de m'endormir benoîtement…

préparer pieds et jambes à reconnaître mes bottes
la lumière pâlit, trébucher encore un peu, fermer les volets
remplacer chemise à carreau par tunique de jean brodé – endosser manteau de laine légère non doublé, et grimper la petite côte vers l'opéra – monter en haut, pour rejoindre jeunesse et assister au spectacle de notre chorégraphe Eric Belaud, en souvenir distancié (garder musique, et thème) des ballets russes avec les Biches sur la musique de Poulenc et Daphnis et Chloé de Ravel
arriver sur la place de l'horloge, dans la nuit qui a décidé qu'il était temps d'être fraiche et de rendre désertes les terrasses, voir les belles grandes portes de l'opéra fermées, me dire c'était peut être au conservatoire (pourquoi diable ?), glisser de quelques pas jusqu'à l'affiche, hésiter un peu, considérer que oui, il semble que le jeudi 30 ne soit pas exactement le vendredi 31 octobre, passer à la Civette,
et m'en revenir tout doux, tout doux, ricanant un peu, vers l'antre
regarder l'étrange, regarder, plaisir concentré que ne m'était pas offert depuis un bon gros bout de temps, Shara de Naomi Kawasé.

6 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

L'antre-nous ?

brigitte celerier a dit…

l'antre-je, on fait ce qu'on peut et ce qu'on a sans doute choisi

arlettart a dit…

Cause du décalage horaire!!! ou des jours farceurs

Marie-christine Grimard a dit…

Le plaisir n'en est que remis et encore meilleur de l'attendre un peu plus...

jeandler a dit…

Un clair de lune dans l'antre.

Gérard a dit…

il faut lire "antre " les lignes ?