samedi, novembre 29, 2014

Pas grave

pas grave non, se le dire, penser à tous ceux dont vie est rude, pas grave, petits ennuis d'une futilité comique, mais tout de même, faire la grimace au jour et se recoucher, vers huit heures
parce que depuis deux jours le bouton de minuterie à côté de la porte est mort et la descente de petite vieille sur l'échelle de meunier, puisque c'est le nom que l'on donne à ce type d'escalier, cette plongée raide dans le noir vers le noir, se fait la trouille au ventre et que les deux visites courtoises à l'agence chargée de la gérance sont restées sans effet
parce que cette agence de bras cassés malgré demandes non moins aimables n'envoie toujours pas, contrairement au droit, avis de quittance ou quittances de loyer depuis plus d'un an, les ayant remplacés par un envoi dématérialisé basé sur un logiciel pourri, et que petite vieille, le mois dernier a constaté sur une quittance obtenue en août, qu'en outre ils faisaient payer illégalement le coût de cet envoi inexistant, que l'exaspération a eu raison de sa patience un peu méprisante d'ancienne collègue, et qu'elle a accompagné son chèque d'une lettre recommandée bien sentie avec rappel des articles de loi, sans réaction
parce que jeudi matin la douche était anormalement tiède, et qu'en voulant faire, vendredi à l'aube, la vaisselle de la nuit, la constatation était là : cumulus, ou son alimentation électrique, hors d'usage.
Cuillère de miel, plongée dans les limbes,
se prendre en mains à neuf heures, trouver un électricien charmant promettant passage, trouver une voix intelligente dans le téléphone de l'agence et en recevoir promesses après un petit échange qui se veut enjoué
Faire chauffer eau pour toilette de chat soigneux, attendre, sentir douleur prendre possession lentement de carcasse, se moquer d'elle, la dire nerveuse, attendre, ne pouvoir être qu'attente
à midi, un tout petit homme rapide, efficace, un tatonnement des nerfs du cumulus - ça devrait marcher, vous aurez de l'eau chaude ce soir sans doute (ce qui fût) mais le remplacement doit être envisagé, à court terme.
soulagement, et découragement anticipé en pensant à la lutte à venir…
sortir, et voir que, dans le vent bien franc, danse contre un ciel de saphir lumineux, la petite plante miraculeuse née des pluies qui nous ont colonisés
et marcher un peu, en fin de journée, joues vivifiées, yeux émerveillés devant la beauté d'un ciel où reviennent nuages en danse désordonnée avec la lumière (mais sans appareil photo se contenter de cette contemplation joyeuse)

8 commentaires:

arlettart a dit…

Se prendre en main ...de belle façon et cadeau du ciel bleu

brigitte celerier a dit…

et cadeau de ton passage

jeandler a dit…

Une journée d'eaux tièdes, celle du ciel, celle des lieux.
Pour la toilette de chat, en espérant que tu n'as pas passé ta patte derrière l'oreille qui est un appel à la pluie en langage félin.

Dominique Hasselmann a dit…

Soucis du quotidien : et le cumulus qui ne menace pas que dehors...

Bon courage !
Serrer les poings, oui.

brigitte celerier a dit…

en vacance jusqu'à lundi (si j'ai courage)
vais repasser

Elise a dit…

retenue, humour et capacité de vous émerveiller... c'est beau de vous lire

brigitte celerier a dit…

on est tous ainsi (surtout par écrit en fin de journée !)
continuer et relativiser

Alain L. a dit…

très beau, très émouvant, bonne continuation, et du succès dans vos démarches quotidiennes!