jeudi, décembre 18, 2014

Ciel blanc et petit vent

ciel qui ne pleurait pas encore, plat, blanc grisé, vaguement moutonneux

et juste ce qu'il fallait de vent pour que l'air soit froid, vif, sans trop d'agressivité
passants rares, en ce milieu de matinée,
baraques qui ouvraient sans conviction sur ma place,
baroques échassiers instables, tout de blancs vêtus, cherchant à animer ce qui ne le serait que dans l'après midi
m'en suis allée chez le teinturier, faire quelques courses, en oublier,.. dans le calme serein de la ville…
place de l'horloge, le manège et son guichet se confiaient leur attente des joies enfantines.

11 commentaires:

Marie-christine Grimard a dit…

Jour blanc, les couleurs se reposent, comme le ciel. Elles reviendront demain...

brigitte celerier a dit…

un peu peur qu'elles soient avivées par la pluie (qui est venue dans l'après midi et le soir)

annajouy a dit…

toujours très étonnée du nombre incessant d'animations qui égaient votre ville....

Dominique Hasselmann a dit…

Le manège, je vois très bien où il se trouve (la maire est-elle une échassière ?)...

brigitte celerier a dit…

la verrai assez bien (déjà faire l'équilibre entre son programme et la réalité, dont le grand Avignon dirigé par la droite)

jeandler a dit…

J'ai vu arriver ta pluie; c'est nous qui, pour une fois, te l'avons envoyée. Devrons-nous te présenter nos excuses ?

arlettart a dit…

Grand écart assuré pour cet équilibre précaire ...

Ce drapeau de l'hôtel de l'Europe te sert de " girouette" pour ta météo perso il me semble

Gérard a dit…

Moins vivant qu'en période "Festival"

brigitte celerier a dit…

pardonné Pierre, pardonné, d'autant que vous n'étiez certainement pas seuls

brigitte celerier a dit…

Arlette : un pas hors de l'immeuble, on tourne vers le chemin à suivre, les drapeaux sont là

jeandler a dit…

Pardonné, je suis; le vent chassera les nuages. Merci.