mercredi, décembre 17, 2014

Météo

Ce fut descendre dans la rue, sous ciel gris aux grandes déchirures, attendre un taxi dans un air presque doux où courait un vent moyen, fouettant ma rage froide devant l'examen inutile qui m'était demandé, devant l'expédition vers une clinique privée éloignée, au lieu de l'hôpital.
Ce fut rouler le long du Rhône, regardant les amas de nuages glissant sur nuages au dessus du Gard, les longues trainées fendues brutalement par une lumière splendide sur ma droite.
Ce fut dépasser Auchan, long bâtiment marqué au centre par l'entrée et ses hautes vitres sombres, ce fut l'arrivée à la clinique, ses deux bras ouverts encadrant des vitres foncées
Ce fut chercher le service radiologie, bousculée un peu par le vent qui aigrissait légèrement l'air.
Ce furent attentes longues de guichets en fauteuils, ce furent courtoisie, efficacité désarmant ma mauvaise humeur sans atteindre mon refus, ce fut l'humour tranquille de la salle d'attente. Ce fut la tête ahurie de l'hôtesse devant mon intention de chercher un bus, ce fut, après consultation, le oui mais faut marcher le long de la voie rapide, c'est assez loin.
Ce fut ma détermination fléchissant en atteignant la route, l'attente d'un taxi dans la contemplation du ciel mouvementé et lumineux.
Ce fut me régaler de sa beauté en chemin,
et au dessus de mes pas entre remparts et antre..
Ce fut grimacer devant le coût de cette matinée de colère
et le reste fut quiétude, oisiveté sans remord. 

12 commentaires:

Hélène Verdier a dit…

Les nuages et le ciel appaisent les colères et offrent leurs consolations

brigitte celerier a dit…

et le vent a raison de tout (enfin pas tout à fait j'espère, quoique là il s'est calmé)

arlettart a dit…

Quel courage!! Bravo

Marie-christine Grimard a dit…

Ce fut une promenade de santé et un bain de nuages mousseux et cotonneux ! Un plaisir finalement...

brigitte celerier a dit…

Arlette : aucun courage et c'est bien pour ça que me suis offert un taxi pour le retour (pas donné)

brigitte celerier a dit…

Marie-Christine : enfin les nuages si que j'avais eu la bonne idée d'aller dans les rues, sans me risquer jusque là bas, les aurais vus

jeandler a dit…

Un taxi non gréviste. La route était belle. En compensation. La vie aussi.

Dominique Hasselmann a dit…

Le ciel était par-dessus la salle d'attente...

brigitte celerier a dit…

et moult autres choses, il y a cinq étages je crois, et le scanner est en sous-sol)

annajouy a dit…

quietude fort méritée..oui!

marcopolette a dit…

Beau, le ciel à toute vitesse ! Et on espère que le scanner n'aura réellement été que l'occasion de vous offrir ce petit luxe d'un aller-retour en taxi.

Gérard a dit…

j'aime bien le vent souffle dans toutes tes photos