lundi, décembre 22, 2014

Circuit d'un dimanche matin de décembre


Ciel bleu, mistral tapi, bonhomme, comme assoupi, s'éveillant en bouffées de vitalité, s'excitant en brusques rafales de belle puissance qui retrousse les bannes, secoue les jupes, déconcerte les équilibres des marcheurs.
Grimper l'escalier latéral de Saint Agricol pour voir si la crèche avec ses beaux santons anciens est installée, la surprendre dans la pénombre de la voûte, louper deux photos, en garder deux pour mon petit plaisir personnel.
Rue Rouge de petites nappes de feuilles glissent sur le sol, dominées par quelques individualistes qui s'envolent un instant pour venir s'écraser sur les autres, le couffin se mettant en travers, pris d'indépendance.
Halles en version abondance, qualité, recherche, pour amorcer les fêtes, et – pardon demandé - Brigetoun prenant photos, en passant, en dressant mentalement liste de besoins dont il ne sera guère tenu compte, 

ou pour jouer, en mineur, les équilibristes
en attendant son tour, manipulation de l'appareil entravée par couffin, sac de course, sac d'épaule, porte-feuille, porte-monnaie, et seau métallique ou panier plastique chargé, lourd et instable.
Encore deux enfants perdus sur la patinoire, un père attentif, 
un tuyau menaçant la police,
une envie de voir les santons de Saint Pierre, et puis non, c'était la messe, grande, avec chants, et ne voulais déboucher à côté de l'autel avec mon chargement
et voilà tout, ou presque, à part la bagarre que me livraient les objets.

Vais finir, à force de solliciter ma gourmandise, de mélanger les saveurs des épices et légumes hivernaux, par obtenir une densité, une masse pleine de dignité.

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Plaisir de vous lire le soir -la nuit- au lieu du matin, comme une autre perspective. Et toujours bleu du ciel.
Catherine alias Catimini

Dominique Hasselmann a dit…

Les santons ne vous lâchent pas...

Marie-christine Grimard a dit…

Santons et couleurs de Provence des légumes jusqu'au ciel... Merci pour tout et je commence cette semaine plus légère !

arlettart a dit…

Images - plateaux - dégustation est un plaisir sauf les poissons aux airs patibulaires qui semblent nous fixer

jeandler a dit…

Une entreprise périlleuse que de vouloir photographier les besoins de chacun. Une tâche immense.

Claudine a dit…

Plaisir des yeux

annajouy a dit…

ai vu passer des bintje....;-)

brigitte celerier a dit…

Anna sourire, oui mais pour une fois, parce que j'en avais encore provision, et parce que c'est période de fêtes ce furent des Pompadour et de la grenaille de Camargue

Gérard a dit…

Tu fais aussi dans le fromage....enfin c'est un brie qui court.

brigitte celerier a dit…

non un langres

Christine Simon a dit…

On rit, chez vous, Brigitte, c'est le goût du quotidien, je crois.