mercredi, février 11, 2015

fin de journée dans les rues d'Avignon

crâne où tournait un peu n'importe quoi
yeux ouverts
donc trop long et quasi sans mot
cheminer, atteindre la rue des Teinturiers,
mes pieds, presque satisfaits, traitent de pervers mes yeux qui déplorent cette calade fade, neuve et régulière,
suivre les platanes jusqu'à mon but, la maison IV du chiffre,
grimper au deuxième étage pour assister à une réunion (en tout petit comité) du MRAP, suivre avec grand intérêt, dans une ambiance amicale, chercher à deviner si peux être utile, constater que non, 
et repartir dans la nuit toute neuve, un peu fraiche, sans grand excès,
jusqu'au grand platane, ma rue, l'antre.
Pardon demandé à ceux qui auront suivi.

12 commentaires:

Marie-christine Grimard a dit…

Merci pour cette balade sur les calades neuves ou anciennes et cette lumière !

brigitte celerier a dit…

et grand merci pour votre passage

arlettart a dit…

Oeil baladeur et toujours neuf d'angles insolites, parfois même inquiétants

brigitte celerier a dit…

très doucement inquiétants

tanette2 a dit…

J'ai bien aimé cette promenade avignonnaise jusque dans ses moindres détails.

jeandler a dit…

Les images d'elles-même parlent tout au long du périple.

Dominique Hasselmann a dit…

Le "café-lavoir" fait immanquablement penser aux "Demoiselles d'Avignon"...

Belle suite de photos où, une fois de plus, on parcourt la ville qui sait respirer hors festival !

brigitte celerier a dit…

un peu au ralenti tout de même, mais oui la ville vit

marcopolette a dit…

Vous nous montrez ce que nos yeux ne verraient pas... Merci !

anna jouy a dit…

que cette ville est belle..franchement la cité rêvée

brigitte celerier a dit…

ça dépend.. elle est aussi passablement pauvre

Gérard a dit…

Longue visite commencée de jour et terminée de nuit