samedi, février 28, 2015

mauvaise humeur et ou tristesse

matin se mêlaient carcasse encombrée et pluie dans la cour
matin il y avait, atterrante, la nouvelle de la barbarie de Mossoul, la destruction au nom du retour à la pureté des origines des oeuvres conservées, protégées par les successeurs, musulmans ou autres,  de tous temps
matin il y avait le bruit du monde,
matin il y avait le souvenir de tous les barbarismes depuis que le monde est,
matin étais de mauvaise humeur et de la colère et du rire faisais ricanement
eu envie de sortir du courant, me suis passionnée pour la fabrication des papyrus et l'arrivée du parchemin https://halshs.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/278568/filename/Papyrus_et_parchemin_dans_l_Antiquite_greco-romaine.pdf
ou l'élaboration des sermons et discours de Clément VI
ou, toujours, les lettres confiées par la famiglia (et en sortir avec des joies, beaucoup de tristesses et une petite boule d'humilité en découvrant que j'ai été très tôt la un peu décevante, pour qui s'inquiéter)
en écoutant une petite bande son avec la suite for string orchestra de Janacek
Jenufa dans une version barcelonaise
et pour changer, en souvenir d'une très belle soirée au Chatelet, un peu des trois soeurs de Peter Eotvos, ce qui m'a lancée, appétit aiguisé, vers l'écoute de l'opéra en disque (pour découvrir qu'il a été à un moment ou un autre endommagé ou que ma chaine est définitivement à problème)
Me suis dit que devrais faire silence, arrêter mon verbiage, pour ne pas contribuer au brouhaha, même petiotement, mais suis bien trop bavarde, devrais, n'y arriverais pas
et puis j'ai souri devant la gentillesse de Serge Bonnery qui, pour participer à la web dissémination du mois (très bel échange, bien entendu, mais auquel me garderai bien de participer, entre universitaires ou lettrés, qui me fait me recroqueviller dans mon ignorante  futilité), dont le thème était la chronique, voulant traiter de l'écriture du temps, et l'écriture de soi, s'est rabattu sur pauvre paumée http://lepervierincassable.net/spip.php?article405

La pluie a été passagère d'ailleurs, le vent est venu, le soleil a baigné le mur de la cour, un peu plus bas chaque jour, me suis pourtant cramponnée dans ma mauvaise humeur, en accord avec carcasse.

7 commentaires:

anna jouy a dit…

je ne pense pas du tout qu'il se soit rabattu... mais qu'il a choisi consciemment et sachant exactement ce qu'il voulait dire sur le sujet...

Dominique Hasselmann a dit…

Après la barbarie de Mossoul, le crime du Kremlin...

"Que peut la littérature ?", écrivait Sartre.

brigitte celerier a dit…

j'ai dû manquer un épisode

arlettart a dit…

Tu sauras assez vite
Enfer et damnation...

brigitte celerier a dit…

jamais vraiment sur vivre
suis un petit problème pour les aimants

Gérard a dit…

Toi de mauvaise humeur ..comment est ce possible ?

brigitte celerier a dit…

ça a été longtemps mon état normal..
maintenant , euh