samedi, juin 20, 2015

Jour tranquille å La Haye

-->
Matin gris bleu sur blanc sur gris doux, page pour faire chanter les couleurs posées sur les immeubles… lassitude plus ou moins grande des trois membres de l’équipe et décision prise de rester tranquille.

Mais comme il y a, lå, devant mes yeux quand je tourne autour de la terrasse, un haut et long mur de briques d’une église, comme elle date des 14e et 15e siecles, j’ai eu envie depuis mon arrivée de voir les voutes.

Nous avons tourné de porte fermée en porte fermée jusqu’å trouver, au départ de l’abside, une grande porte, presque une porte cochere, sous deux volets fermés et un curieux auvent, que nous avons franchie pour tomber sur de superbes piles de pierre blanche supportant un dais baroque mais aussi pres d'un couple de mariés et, å coté de nous, d'un buffet…

ne pouvions que resortir rapidement et aussi discretement que le pouvions (pas si discretement å vrai dire, puisque un membre de l’assistance, ou un bedeau nous indiquait gentiment et fermement la sortie), trop rapidement pour emporter plus qu’une image trop fugace pour en faire un souvenir de cette parure blanche et de la voute de briques roses.


  Avons continué jusqu’å une pharmacie dans laquelle on pénetre (pardon, je ne sais pas utiliser un clavier qwert.. et obtenir les accents) dans laquelle on entre en passant sous une tete pour trouver des rayonnages anciens, de grands bocaux, une collection de petites tetes, des produits qui reprennent la meme effigie sur leurs étiquettes, tout un décor assez fabuleux… que n’ai pu fixer, mon appareil adoptant un comportement parfaitement anarchique (batterie remise en place depuis..)
Et nous avons agréablement et amicalement laissé le jour couler vers sa fin.. intéressant n’est-il pas ?

2 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

La tête du "droguiste" valait déjà à elle seule le déplacement : c'est bien, lors d'un voyage, de s'accorder un jour à ne rien faire (ou presque).

brigitte celerier a dit…

j'avoue que j'aime beaucoup ça... mais difficild d'en persuader ses hotes (toujours pas appris l'accent circonflexe)