mercredi, octobre 14, 2015

Mots me fuient, mots ou idées


Me suis couchée un peu avant deux heures, enfonçant ma tête résolument sous la couette pour ne pas entendre les cataractes d'eau dévalant contre le coin de ma chambre... me suis éveillée pour consulter météo et apprendre que nous n'aurions plus de maximum au dessus de vingt degrés (il y a dix jours c'était trente), la lumière était morne sur la cour trempée, ai pas levé les yeux, ai endossé vêture assortie, ai pris couffin
et suis sortie, pour recevoir le sourire d'une lumière matinale, transparente, comme humide, et d'un bleu délicat
ne sais si c'est la surprise, ou le résultat de ma journée, ai perdu mots pour Paumée (enfin presque – sans mots ne suis pas), mots ou idées, alors juste, images des aspects du ciel selon la direction de mes pas,
des entrailles de la ville
de ma recherche du bien-être des miennes (sous l'oeil des poissons)
ainsi que, parce que cela m'amusait et constituait ma protestation contre les saisons, du hiatus entre le vieux velours à grosses côtes et les sandales d'été.
Et puis me suis passionnée, ou entêtée sur trucs aussi utiles pour moi et compréhensibles par moi que le budget
ah et puis aussi ces chiffres qui font que je comprends mal ces bruits qui sortent de bouches françaises
taux d'acceptation en première instance des demandes d'asile en 2014, en %
Hongrie 9, Croatie 11, Luxembourg 14, Grèce 15, France 22
Lettonie 24, Portugal 25, Pologne 26,
Estonie 36, République tchèque 37, Irlande 38, Royaume-Uni 39, Littuanie 39, Belgique 40, Allemagne 42, Espagne 44, Slovénie 46, Roumanie 47,
Finlande 54, Italie 59
Slovaquie 61, Norvège 64, Pays-Bas 67, Danemark 68
Suisse 71, Malte 73, Chypre 76, Suède 77
Bulgarie 94 et ensemble de l'Union à 28 : 46 (source Eurostat)
par contre on comprend que, contrairement à ce que craignent certains, les candidats ne se pressent pas, ce que j'aurais tendance à ne pas trouver glorieux.. surtout quand on pense à l'attitude, que nous nous permettons de juger, des pays proches des lieux de départ des réfugiés.
Pardon... marre de répondre ça depuis ma cuisine aux voix qui sortent du poste, j'expulse.

9 commentaires:

Marie-christine Grimard a dit…

Si les mots fuient, les idées sont encore bien là !
"Sans mot ne suis rien"...
Si vrai.
Mais les mots reviennent toujours et notre plaisir à vous lire est intact !

brigitte celerier a dit…

merci

Domnique Hasselmann a dit…

Ah, il va falloir couvrir ces pieds nus...
Quant aux mots, les images peuvent les remplacer, des fois.

Lucien Suel a dit…

Marie-Christine a raison, Brigitte. Les mots font trois tours, s'éloignent et reviennent toujours.
Question température, ici, déjà un mois que la cuisinière à bois fonctionne continuellement...

brigitte celerier a dit…

Dominique, sont pas nus les pieds, portent des bas, et curieusement n'ai pas froid dehors, enfin pour le moment,
mais dans l'antre je mets des chaussettes
problème : découvre que les talons e mes bottes ont été vraiment éraflés par les calades (bon c'est pas horrible mais tout de même)… et tant de mal pour trouver une paire abordable et qu'ils aiment.
faut que je m'en occupe

brigitte celerier a dit…

Lucien, radiateur allumé tout les soirs et entre premier et second réveil (avec modération, penser que je dois m'habituer avant les grands froids)

Arlette Arnaud a dit…

Mais tu as des images....

Gérard a dit…

Tu es née sous le signe du poisson ?

brigitte celerier a dit…

j'aurais mieux fait.. non sous celui du cancer