vendredi, octobre 23, 2015

Pour en finir avec le parcours avant une rapide incursion en Lozère


Il était prévu de la pluie, c'était jeu de lumière, de bleu et de blanc mouvant, une presque douceur venant se glisser entre des rafales froides..
ai constaté que n'avais pas besoin, avant plusieurs jours, d'aller aux Halles comme l'avais décidé dans la brume de l'endormissement, et m'en suis allée vers la livrée de Viviers, ce bâtiment, reste d'une demeure cardinalice du XIVe siècle, curieusement sans grand caractère (ai appris que dans une salle non ouverte au public on a retrouvé un très beau plafond et des fresques) devant lequel je passe souvent, associé pour moi à l'enfance et au grand-âge (il se partage, l'ai vérifié en passant la grille, entre enfants et seniors... devrais y aller voir NON) où se tient une petite exposition dans le cadre du Parcours de l'art.
Une salle qui semble la plaque tournante des activités, gens aimables, mais me sentais un peu huron, témoin d'une petite vie qui m'était étrangère et je suis restée peu de temps, temps de voir les quelques oeuvres exposées, 
deux nouveaux visages noyés d'Amaral & Barthes, complétant la série que j'avais vue au cloître Saint Louis
deux fusains de Danielle Desnoues http://danielle.desnoues.over-blog.com plus visibles, plus lisibles que dans la chapelle obscure des Célestins
deux dessins, grandes et petites invasions, fusain et craie noire sur papier, d'Isabelle Marcelin http://www.isabellemarcelin.com qui expose dans l'église des Célestins ses buissons en plâtre coloré
et la découverte d'une nouvelle artiste, une avignonnaise, Perrine Gaspard (présente surtout dans la salle d'exposition de Benoît XII, le théâtre, où, paresseuse, ne suis pas allée... flemme de marcher jusque là) http://perrinegaspard.hautetfort.com/ avec des visages, délicates encres sur papier indien.
En revenant, en levant les yeux sur le jeu des branches, du ciel et de Saint Didier, ai pensé que les ressources du petit épicier de Saint Germain du Teil étaient très très limitées, que n'étais pas certaine des horaires d'ouverture et suis prudemment passée à Carrefour pour acheter une bouteille de soupe de poisson, des tagliatelles au basilic, un pot de compote, des croutons, un chèvre...
Et puis le jour à passé, carcasse a eu caprices pénibles, pour les deux jours à venir j'espère, ai empli des sacs impressionnants pour si courte évasion avec grands draps de lin, serviette éponge, serviettes en papier, sacs poubelles, éponges, petit ordinateur, chemise de nuit et chaussettes chaudes, veste cocon, un rechange, médicaments, provisions diner, un litre de Côte du Rhône, café, toasts, miel, confiture pour petit déjeuner.. et trousse de toilette – l'insouciance de la jeunesse est loin (je me demande ce que j'ai oublié)

8 commentaires:

Marie-christine Grimard a dit…

Merci et bon séjour Lozèrois!
Suis passée près d'Avignon hier matin alors que l'aube sortait sa palette de roses, le ciel était magnifique sous les rafales de vent, ai pensé que vous auriez une belle journée...

brigitte celerier a dit…

merci à vous

Arlette Arnaud a dit…

Beaux jours à toi d'un côté ,je file de l'autre en ces temps de souvenir et de feuilles rousses
Visages intéressants délicatement colorés sur papier japon , les trois tubes invitent à entrer?? Clin d'oeil

brigitte celerier a dit…

les rues d'Avignon sont un trou trou avec tuyaux en balade ces jours ci, comme un faufilage

Dominique Hasselmann a dit…

Vous allez visiter, en Lozère, une autre galerie, faite de branches et de feuilles : parfois, à la campagne, on se dit que quelqu'un a fait une "installation" (du "land art" !) totalement méconnue...

tanette2 a dit…

Tu as pris l'essentiel : un litre de Côtes du Rhône....
Bon séjour en Lozère.

brigitte celerier a dit…

je me demande si les brebis à têtes noires dans le petit jour en feront partie

Gérard a dit…

Sur ta photo une, un haut lieu pour une belle sérénade.