samedi, janvier 23, 2016

Fatrasie hivernale

Les bottes otées
de grands pieds ratés
me font pour de faux.
Mes jours sont gâtés
tels ânes bâtés,
la raison me faut.
L'azur tant beau n'est point chaud,
m'en suis emplie, l'ai fêté
pour croire que ne me chaut
que vies soient calamités
par nos seigneurs disant faux

11 commentaires:

Arlette A a dit…

Ce grand pied mal tordu !!! me fait découvrir ce mot "Fratrasie"
Merci Poète du matin

Dominique Hasselmann a dit…

S'éloigner de la faux, symbole désuet...

jeandler a dit…

Je découvre Arlette A que vous ne connaissiez pas la FATRASIE !
Qu'avez-vous fait de notre Moyen-Âge si riche en formes rimées et poétiques ?

brigitte celerier a dit…

Dominique suis trop ancienne pour ce monde (et j'ai toujours eu grand goût pour les poètes lettrés amateurs de fatrasies comme plus tard pour les baroques)

brigitte celerier a dit…

Pierre les aime mais c'est tout de même un peu un à côté de la littérature qu'on apprend

Arlette A a dit…

Oh!!! et en plus mal
orthographié!! désolée Pour cette lacune Mauvaise élève distraite

tanette2 a dit…

Chère Brigetoun, grâce à toi, mon vocabulaire s'est enrichi du mot "fatrasie"...

Marie-christine Grimard a dit…

Merci pour cette fatrasie !

Anonyme a dit…

Moi je n'ai aucune nostalgie des mots anciens, j'aime bien voir évoluer une langue et il faut se méfier de ne pas devenir réactionnaire en voulant à tout prix parler comme au moyen age. C'est amusant, mais les mots qui tombent en désuétude, c'est la vie, la riche vie de la langue.

brigitte celerier a dit…

pas l'ombre d'une nostalgie, surtout pour quelque chose d'aussi ancien, mais c'est terrible de ne pas avoir de curiosité

Gérard a dit…

Tu as fait mouche avec ta fatrasie...une fantaisie ?