jeudi, mars 17, 2016

Mon crâne est plein d'eau

La ville humide
une idée d'éternité
ou d'entêtement
ai pris sourire et mon couffin
résolue m'en suis allée

pleine de bonnes résolutions, sobriété, patates, céleri, pommes, carottes, lieu et morue
mais j'y ai ajouté asperges, deux petits fromages et un petit rouget, suis pas sérieuse…
sur la place trempée les impers des touristes, certainement sous le charme de la ville, et de son ciel répondaient aux jonquilles
et mes mains réclamaient des arrêts, un peu de temps pour reprendre un aspect à peu près normal
la pluie, elle, se prélassait, pas très forte - le parapluie était inutile - mais obsédante, appliquée, continuelle, installée, insistante, sempiternelle – à prononcer lentement, en décomposant – éternelle.
Me consolais en me moquant de cette assurance, et en espérant en jeudi.
Passionnant n'est-il-pas ?

11 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Arcimboldo s'apprête à faire un assemblage à partir de votre récolte...

Arlette A a dit…

Le soleil des fleurs en harmonie
Belle palette prometteuse
Ciels en tourmente sur la rade

jeandler a dit…

Dans la bruine
elle cheminait sans parapluie
le couffin bien rempli.

Bon appétit.

brigitte celerier a dit…

oh un nouvel Arcimboldo vraiment, Dominique ? j'espère qu'il me le donnera… et ça fera sensation dans le monde des historiens d'art
Arlette, je crois que tout notre sud y a eu droit.. ça devrait s'arranger mais là suis aux bons soins de l'antre
Pierre, bien trop bon appétit j'ai en ce moment, y suffis plus

Denis Couet a dit…

Passionnant, oui, quand on vit à Rennes, de voir comment une journée de pluie peut représenter un véritable événement à Avignon. Je reviens de Marseille, où nous avons passé quelques jours. Et je dois convenir qu'en effet, à Marseille, la pluie est beaucoup plus contrariante qu'à Rennes… Toujours de magnifiques photos de votre ville, des fruits et légumes et, aujourd'hui, des vêtements de pluie.

brigitte celerier a dit…

surtout nous vendons notre ciel...

chri a dit…

Hier? Ciel parisien, breton, nordiste, méconnaissable.

brigitte celerier a dit…

Chri, soyons francs, ce n'est tout de même pas si rare

Christine Simon a dit…

L'abstraction des mains quand elles portent lourd

brigitte celerier a dit…

surtout avec l'âge quand les chairs sont plus très fermes

tanette2 a dit…

J'aime toujours autant tes photos des étals du marché. Mais les asperges, fromages et rouget sont-ils si peu raisonnables ?
En tous cas tes mains ont du mal à supporter le tout.
Masse les bien avec une bonne crème les pauvrettes.