jeudi, mars 10, 2016

Non merci

Parce que toute personne normale, bêtement normale, ordinaire, qui n'a d'autre boussole que sa jugeote et la constatation des succès mirobolants de toutes les reculades destinées à obtenir selon le Medef des milliers, que dis-je des dizaines de milliers d'emploi, ne saurait être totalement persuadée que, pour que les CDD, parfois très très courts, ou à répétition, ne tendent plus à supplanter les CDI, il est indispensable, et de surcroit efficace, de faire des CDI des CDD, parce que, pardon demandé aux admirateurs de la chose, j'ai tendance à penser que la glorification de la démocratie directe (surtout en entreprise, mais pas que) est le joli masque du libéralisme le plus cru.. et parce que tous les reculs évoqués dans les contestations du projet de loi dite travail viennent de cette décision de renverser les choses et de faire primer les accords librement négociés en entreprise sur les accords de branche et, pire encore, sur la loi.. puisque je ne fais pas partie des 80% de français qui trouvent trop compliqué un Code de travail qu'ils n'ont jamais lu, à moins que ce soit le plus grand, bien que discret, succès de librairie de ce dernier siècle... parce que suis furieuse et malheureuse, voulais manifester – avais lu 17 heures 30 et puis, dans le brouhaha médiatique qui s'est réveillé un peu plus tard avec pétition, vidéos et hastag, j'ai lu 12 heures sur la place de l'horloge – bon ça m'arrangeait, porte à côté, et j'ai fait vite cuisine pour n'avoir qu'à m'asseoir en en revenant, mais j'ai vérifié et lu sur la Marseillaise
En Paca, à Avignon, un rassemblement est prévu à partir de 12h Place de l'Horloge, autour d'un pique-nique. Le départ du cortège est prévu entre 15h et 15h30 pour rejoindre la manifestation organisée à 17h30 devant la préfecture alors j'ai décidé, tant pis pour distance et froid de me borner à cette dernière, celle prévue depuis un mois par trois ou quatre syndicats..
Alors pour faire nombre (mais avec l'attente navrée du moment où la CFDT et des satellites au nom de la démocratie directe, cette merveilleuse avancée, avalera la chose grâce à une concession sur laquelle le gouvernement reviendra après le vote, en ne publiant pas le ou les décrets nécessaires), sans espoir, mais parce que le devais et pour la chaleur humaine... me suis mise en route, sous un ciel qui avait quitté son habit bleu du matin pour se mettre à l'unisson.
Avançais à contre jambes et contre forme, mais finalement un peu trop vite.. j'étais en avance
et nous n'étions pas fort nombreux. Peu à peu, accompagnés d'un petit grésil bien glacé, les gens sont arrivés. C'était fraternel mais pas fort gai, ni même gueulant, le désarroi et le froid primaient, mais un bon peu de détermination aussi... ai eu droit à trois ou quatre échanges, à un baiser amical, 
et puis comme cela prenait forme, au bout d'une grosse demie-heure ai senti que vraiment ne pouvais plus et suis rentrée concentrée sur l'idée de mettre un pied devant l'autre et tête baissée avec obstination... pour tenter de bricoler avec ce qu'avais capté par bribes maladroites une mini vidéo (avec fugitivement, un peu de son) – pas capable de mieux...

6 commentaires:

Marie-christine Grimard a dit…

Manifestement, le code du travail ne fait plus recette...
Bravo pour avoir affronté ce grésil courageusement.
Le printemps sera chaud !

brigitte celerier a dit…

je lui en saurais gré

annaj a dit…

que tout ça me parle ...quand ici il faut subir dans le silence contraint des restructurations et des mises au chômage.
que le ciel s'éclaire!

Dominique Hasselmann a dit…

Je regarde par Internet, de loin, comme sans doute Macron et sa fine équipe, les manifestations en France.

Ici, au Caire, tout est calme (pas de grésil en vue) et les soldats, derrière leurs boucliers ou assis dans leurs jeeps noires, montent la garde aux endroits stratégiques et touristiques...

brigitte celerier a dit…

depuis le temps qu'on attendait cela !
les gens étaient tétanisés parce que c'est la "gauche" qui est au pouvoir
maintenant pas sûre que cela change quelque chose
avons si bien soutenus les grecs, les portugais, les espagnols, etc… que n'avons rien à en attendre

brigitte celerier a dit…

Dominique, eux sont en train de digérer le naufrage de leur révolution
mais merci pour vos images qui me font croire que je les côtoie