lundi, mai 30, 2016

Après les averses

Amis, quand au matin éveillé
ont cessé cataractes de pluie,
Brigetoun -frissons et salive -
est sortie, aux remparts est allée
Amis, au loin le ciel déchiré
une caresse douce de l'air
Brigetoun – jupe courte froncée
sous ciré noir – était presque gaie
Amis, les fleurs sauvages s'ouvraient,
les fleurs civilisées s'ébrouaient,
la marche se faisait paisible,
la suite du jour importait peu
Amis, sur la rue vols de pigeons,
sol presque sec, quelques flaques,
une mare pour accueillir arbres,
Brigetoun tentait un sourire

8 commentaires:

Arlette A a dit…

Comme tout cela est bien dit ....Amie

brigitte celerier a dit…

ma réveillée ai supprimé Le commentaire, ou le premier, celui de Tanette

Tu as su profiter d'une éclaircie. Ici le ciel est resté plombé entre les averses...Bonne semaine à toi.

brigitte celerier a dit…

reste le trop gentil d'Arlette

jeandler a dit…

Perrette sur sa tête ayant un Pot au lait
Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;
Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
Cotillon simple, et souliers plats...

Voici ce à quoi je pense te lisant !

brigitte celerier a dit…

l'avait un peu en tête (par contre aux pieds des sandales à talon compensé)

Dominique Hasselmann a dit…

après l'averse, quelques gouttes photographiques bienvenues !

brigitte celerier a dit…

merci, à vrai dire c'était entre les averses

Gérard a dit…

ha cette mété,eau !!!