mercredi, juin 29, 2016

Une matinée pour ne pas renoncer


Aux presque petites heures (neuf heures et demie) Brigetoun, négociant fermement avec des crispations pénibles leur disparition, s'en est allée d'un pas ferme, ou presque, dans la lumière, le début de chaleur, la douceur tendre de quelques ombres, les saluts instinctifs aux petites rues croisées... a voulu changer un peu de trajet,
est sortie un peu trop tôt des remparts,
a rejoint l'attroupement qui se constituait peu à peu devant la Préfecture..
des discussions entre gens globalement d'accord,
quelques rires parce qu'il le faut bien
des annonces de fermeture
une fermeté affichée et des résignations refoulées
un bref et vif échange entre Brigetoun (qui a eu vaguement l'impression d'être soutenue discrètement par des sourires et un serrage de main) et un de ceux qui veulent qu'il n'y ait de lutte qu'en étant insoumis comme une identité à la condition impérative d'être soumis à leur leader en roue libre
et une petit désespérance récurrente et muette
et puis des sourires encore.
un peu de petites fleurs au passage sur le chemin de retour (pendant qu'on portait à la Préfecture les cartons de votations citoyennes)
Brigetoun entrant dans une boutique pour voir des vestes de toile très soldées, et vérifiant que nous sommes dans une année de forte intolérance de carcasse à la clim d'où brumisation, sortie rapide, économie, et pause sur le pavé quelques minutes... bon ça va élaguer beaucoup de spectacles dans le off en journée..

9 commentaires:

Claudine a dit…

Beau bleu
s. une connaisseuse ;)

brigitte celerier a dit…

dont les couleurs me manquent

Dominique Hasselmann a dit…

Le drapeau rouge va être remplacé par le rideau rouge...
Le festival est commencé ?

brigitte celerier a dit…

Dominique, le rideau rouge (enfin l'idée du rideau rouge qu'existe pas trop pendant le festival) n'est pas sans lien avec le drapeau rouge, et les intermittents qui attendent une décision gouvernementale étaient là, sans drapeau mais bien présents..
Le festival commence le 6 et c'est loin d'être prêt.. ai croisé hier tout de même des camionnettes déchargeant des programmes et vu trois façades se métamorphoser pour s'annoncer théâtre

jeandler a dit…

Un bleu Klein
du rouge aussi
jusqu'à la lie.

brigitte celerier a dit…

Piere j'espère que pas tout à fait jusque là

Godart a dit…

Finalement, belle énergie qui n'est pas celle du désespoir. Plaisir à vous suivre et à faire entrer un peu de Provence par la fenêtre de l'ordinateur.

brigitte celerier a dit…

Provence où si ça continue il n'y aura plus beaucoup de travailleurs pour manifester (non par refus de, mais parce que plus beaucoup de salariés du tout)

brigitte celerier a dit…

ici quand on annonce une fermeture mettant une trentaine de gens sur le carreau c'est une considérable perte...