samedi, septembre 10, 2016

Vendredi matin

Soleil dans le ciel
Bagarres dans le crâne, devant nouvelles (jeune femme avec couteau),
magma au bord de l’ébullition,
se mêlent colères et pitiés, à tous dédiés (contre comme pour)
Eperdue devant gâchis.

une fois hommage rendu à l'efficacité de la police
Ô nous foules sentimentales
nous incorigibles espérants
se tenir face au monde
face à l'Europe
et beugler
culpabiliser
ne pas trouver que faire
et s'en mépriser

10 commentaires:

Claudine a dit…

Ne pas se mépriser
Ne pas baisser les bras et marquer son désaccord
Si on ne peut rien proposer c'est parce que les informations sont tellement déformées qu'on ne peut pas nommer valablement un chat

brigitte celerier a dit…

j'aurais dû dire : être conscient du peu qu'on peut … mais ne pas supporter de s'y résigner

Dominique Hasselmann a dit…

On marche sur le trottoir d'un boulevard, une voiture pourrait exploser ici ou là : le terrorisme a réussi à instiller cette pensée soudaine en nous.
Arriver à chasser les idées noires.

brigitte celerier a dit…

surtout peur de voir ce dont peuvent devenir capable la femme ou l'homme…
dans l'horreur, et dans les réactions à l'horreur (des gens merveilleux aussi heureusement, et puis la masse dont fais partie)

Jeanne a dit…

Ce sont tous des enfants perdus...

brigitte celerier a dit…

oui et même s'il y a des coupables plus coupables que d'autres, personne (eux non plus) n'est innocent dans ce gâchis

Godart a dit…

Face à cette déshumanisation, je me pose la question de savoir quels sont les ratages en amont. Je place ma croyance dans l'éducation républicaine s'il faut lui donner un nom. Et la possibilité donnée à chacun d'exprimer son altérité au quotidien.

brigitte celerier a dit…

oui, et c'est tout ce que nous avons

époké a dit…

Etre conscient que l'on peut peu de chose et reconnaître que ceux qui nous gouvernent font un peu, sans doute pas suffisamment mais les en remercier pour ce peu qui n'est pas rien!

brigitte celerier a dit…

ça j'ai rendu hommage à la police
Je pense plutôt au climat, aux conversations, à l'agressivité, à la futilité, aux haines etc