lundi, novembre 28, 2016

Repliée

s'écoulent le temps,
soleil, pluie, guerres et paix
nature hiberne
et dans l'antre me suis plongée, appréhension ressentie après picorage gommée par le traitement un peu rapide, distancié et sans vrais chocs et surprises des facettes et contradictions de l'effacement des différents sois (mais j'ai prudemment sauté les quelques pages concernant les démences séniles) Disparaître de soi de David Lebreton
mais pas au point de détailler ce qui est dit et les réactions de mes mois à ce qu'ai connu ou évité ou craint – à vous de lire, de réagir ou apprendre un peu grâce à lui, ou les deux.

8 commentaires:

Claudine a dit…

de l'origami
imiter la complexion
taiseuse blogueuse

brigitte celerier a dit…

euh taiseuse… aurais plutôt le défaut inverse

Marie-christine Grimard a dit…

S'écoule le temps et les jours qui s'empilent comme les chaises de notre vie, reste le souvenir de ce qu'on en a fait (en relisant les pages de ce blog par exemple...).

brigitte celerier a dit…

merci Marie-Christine (gare à l'indigestion - sourire)

Arlette A a dit…

On dit ça on fait ci ..le pour et son contraire c'est bon c'est la vie

jeandler a dit…

Il faudra bien un jour ou l'autre se déplier, redresser la tête...Pour l'instant on retient son souffle à défaut de la langue.

Dominique Hasselmann a dit…

Ionesco aurait apprécié. Et Fillon est assis entre deux chaises...

brigitte celerier a dit…

alors le voilà réduit, réduit…. (rire)