mardi, janvier 17, 2017

soulever

froid sans violence
mais le camion s'isole
du macadam froid
lever la tête
décrisper les épaules
partir à grands pas
les yeux attirés
par la colonne blanche
vers le bleu ardent
l'élan dans le beau
hisse les pas les deux sacs
chemin du retour

de quoi soutenir le siège que devrait me faire l'hiver

6 commentaires:

Godart a dit…

Contrairement aux apparences, vos déplacements ne sont pas linéaires mais concentriques, tels les ronds formés dans l'eau d'une pierre jetée. Il arrive, rarement, que ces ronds dépassent les remparts. Cette circularité autour de votre antre suffit à vous nourrir physiquement, culturellement, spirituellement, dans un esprit de partage pour notre plus grand plaisir.

brigitte celerier a dit…

les distances que peuvent aimer mes vieilles jambes, pas tout à fait un cercle parce qu'il y a les remparts et le Rhône

Dominique Hasselmann a dit…

D'autres soulèvements !

Claudine a dit…

C'est l'arbre qui gagne en soulevant le plus beau bleu qui soit !

brigitte celerier a dit…

pour le moment je embats avec des trucs vrais u faux qui me sgnalent attaque de mon ordinateur et veulent que j'appelle ou installe des trucs qui en fait peuvent être des trolls

Arlette A a dit…

Faire peu mais le faire bien..." tu as cet art bienheureux qui m'enchante