mercredi, avril 12, 2017

un jour ordinaire

un jour de lumière sur une Brigetoun lasse et un poco cafardeuse à l'heure d'aller jeter déchets aux remparts, prenant exemple sur petites fleurs sauvages et sages pour continuer à vaquer, de vertige en trou, et venir à bout de dix jours, ou quinze de repassage
Le ciel s'est voilé puis couvert à l'heure du déjeuner et j'ai baissé les bras, tentant seulement de lire le dernier numéro de l'Economie politique l'Europe pour survivre et les trois premières contributions de Jean Pisani-Ferry l'Europe doit apprendre à lire dans une logique de puissance, Thomas Piketty Donner une chance à la démocratie européenne et Jacques Généreux Pour un «protectionnisme solidaire» en essayant de ne pas avoir un préjugé trop marqué pour le second, un peu comme Sandra Moatti, lz Rédactrice en chef de la revue, dans son éditorial-présentation... (pour mémoire, le premier conseille Macron, le second Hamon, le troisième Mélenchon)

et puis, par solidarité plus que dans le but d'apprendre quelque chose, suis allée, sous un ciel rasséréné, un peu après 17 heures, deux rues au dessus, à l'Hôtel de Brandes sous son échafaudage, entendre une femme solide, intelligente et aussi peu médiatique que possible, Marie-Louise Lebranchu, ministre de la Fonction Publique ,en temps que représentante de Benoît Hamon dans un débat sans débat avec un syndicaliste CGT sur les services publics.... services publics stop ou encore ? fausse question bien entendu...
une petite salle pleine (mais uniquement de gens assis, petite affluence compte tenu de l'horaire), un tour d'horizon entre gens du même avis et le plaisir de retrouver quelques camarades perdus de vue.

8 commentaires:

Claudine a dit…

Ah si j'avais des boiseries chez moi, laisser quelques traces de craies et signer Zorro

brigitte celerier a dit…

il ne subsiste plus de boiseries à l'hôtel de Brandes, juste quelques poutres peintes, et là c'en est une

Dominique Hasselmann a dit…

Madame Lebranchu a bien du courage de défendre encore des thèses qui semblent maintenant - pour la meute de droite - aussi éloignées des préoccupations de ceux qui jouent, ici ou là, aux télé...évangélistes du "peuple" tétanisé par la révisionniste en chef (et les médias et les sondages qui les nourrissent).

brigitte celerier a dit…

et avec un soutien mesuré du PS (quoique il y avait la candidate aux législatives et un message de la maire... mais dans les figures locales ben on se bousculait pas)

Arlette A a dit…

Oui du courage..comme les petite fleurs sur les remparts

Godart a dit…

La politique doit être studieuse. Vous la remettez à son niveau.

brigitte celerier a dit…

Arlette, on ne cède rien (bon il faudra bien à la fin mais... comme les petites fleurs)

brigitte celerier a dit…

Godart, quand on le peut et dans la mesure de ses moyens il vaut mieux tenter de réfléchir oui (même si on est de plus en plus dans la société du spectacle et la politique de l'image)